DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

L’Asp se faisait passer pour l’ancien DG Birame Faye et le général Meissa Sellé Ndiaye

0

Le logisticien de l’Asp se faisait passer pour son ancien Dg Birame Faye, devenu ministre de l’Artisanat et du général Meïssa Sellé Ndiaye, aide de camp du Président de la République.

Mamadou Rassoul Faye s’est fourré le doigt dans l’œil en pensant s’en sortir indemne après s’être fait passé soit pour un général, soit pour une autorité étatique. Conscient que son statut ne lui permettait pas d’avoir certaines opportunités, il a usurpé de l’identité de Birame Faye, ex-directeur général de l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité (Asp), devenu ministre de l’Artisanat et du général Meïssa Sellé Ndiaye, aide de camp du Président de la République. Sa farce mise à découverte, le mis en cause est placé sous mandat de dépôt le 9 février dernier. Poursuivi pour les chefs d’usurpation de fonction et d’usurpation d’identité numérique, Mamadou Rassoul Diouf a été présenté hier, au juge des flagrants délits de Dakar.

Il ressort des débats de l’audience que le prévenu est chargé de la logistique de l’Asp. Gérant de la flotte mobile de la structure, il avait attribué son numéro de service à Birame Faye quand il a pris la direction de l’agence. Seulement, Mamadou Rassoul n’a pas désactivé le compte whatsapp qu’il avait ouvert avec le même numéro de service. Il se mettait ainsi dans la peau de Birame Faye quand il contactait des autorités via whatsapp. Dans ses aveux, Mamadou Rassoul a renseigné qu’un certain Abdou Mbaye lui a envoyé un jour un message en disant : “M. Le ministre, la situation de Keur Massar est alarmante. Il faut aviser le président de la République…”. En guise de réponse, le comparant a écrit : “Il ne faut pas baisser les bras. Keur Massar sera renforcé”.

L’astronome Marame Kaïré n’a pas été épargné. En effet, devant la barre, Mamadou Rassoul Diouf a admis l’avoir contacté avec son numéro personnel en se présentant comme étant le général Meïssa Sellé Ndiaye, aide de camp du Président de la République. Au cours des échanges, le prévenu a fait savoir à son interlocuteur qu’il allait lui envoyer un Cv (curriculum vitae) dans le but de décrocher un emploi. “Quelques minutes après, je me suis rendu compte de ma folie. J’avais même oublié cette histoire. C’est Marame qui m’a appelé en me demandant de lui envoyer le Cv. Je me suis exécutée en lui envoyant le mien”, a relaté le prévenu.

Des allégations qui contrastent avec celles de Marame Kaïré qui n’a pas déféré à la convocation du tribunal. À l’enquête, ce dernier déclare qu’il avait demandé au prévenu de passer un appel vidéo. Mais, Mamadou Rassoul n’a pas donné suite à la requête de l’astronome. C’est dans ces circonstances que celui-ci a douté de son identité.

A la suite du Maître des poursuites qui a requis l’application de la loi, les avocats de la défense ont sollicité une application bienveillante de la loi. «L’usurpation d’identité est incontestable. Mais l’usurpation de fonction n’est pas établie.  En réalité, il a fait une déclaration mensongère mais n’a pas commis d’acte entrant dans la fonction (gendarmerie). C’est quelqu’un qui a regretté. Il reconnaît avoir fait de la folie. La partie civile s’est désistée car il a compris. Il souffre d’une maladie incompatible avec le milieu carcéral. Tendez lui la perche c’est un délinquant primaire», a plaidé Me Moussa Diouf.

Son confrère Me Ousseynou Fall précise : «L’erreur c’est d’avoir conservé le WhatsApp alors que Birame Faye utilisait le numéro». Au terme de leurs plaidoiries, le tribunal qui a relaxé Mamadou Rassoul Diouf du délit de d’usurpation de fonction a reconnu celui-ci coupable du chef d’usurpation d’identité numérique. Il a écopé d’une peine d’emprisonnement de 2 ans assortis du sursis.

laissez un commentaire