Face à la presse, le marabout milliardaire Cheikh Alioune Souané se dit victime d’une escroquerie financière portant sur une somme de 250 millions F Cfa.

Au banc des accusés, il a indexé l’ancienne sénatrice libérale Oumou Salamata Tall à qui, dit-Il « j’avais accordé un prêt de 250 millions F Cfa sur la base d’hypothèque à la Banque islamique du Sénégal en l’an 2000 ».

À la suite de cette opération, la mise en cause aurait eu également des démêlés avec la justice sur une affaire de sous l’opposant à l’homme d’affaires libanais Karim Arati. Selon le plaignant Cheikh Alioune Souané, c’est pourquoi la BIS a refusé de lui payer sa créance.

A préciser que le titre foncier qui a servi d’hypothèque se situe dans la commune de Golf sud, précisément au croisement Camberène avec une superficie de 2300 mètres carrés.

Pour étayer la thèse d’escroquerie,  Cheikh Alioune Souané a rappelé qu’ « Oumou Salamata Tall avait voulu dans un premier temps me donner la société Icotaf comme garantie, alors qu’elle avait déposé son bilan depuis longtemps ».

Une affaire d’autant plus préoccupant que le notaire Serigne Mbaye Badiane qui assurait la garantie pour le compte du plaignant est resté aphone depuis lors. En effet, le plaignant a tenu à préciser que c’est à lui que revient le recouvrement des 350 millions F Cfa.

Malgré ces déboires,  le marabout milliardaire a dû vendre un de ses appartements situé en centre-ville pour pouvoir racheter sa propre maison à 350 maillons F Cfa qui était mise en vente aux enchères par la banque.

Contre toute attente, Oumou Salamata Tall ira à nouveau hypothéquer le titre foncier à l’ancienne Banque Sénégalo-Tunisienne après avoir produit de faux documents en complicité avec la notaire Me Nafissatou Diop Cissé.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici