DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

La liste macabre des cortèges officiels

0

De Wade à Macky, chacune des deux alternances a traîné ses cadavres, nous informe Walf Quotidien. Et le gendarme Massar Diop, escorte de Tanor est le dernier d’une longue liste de Sénégalais morts dans des accidents impliquant des cortèges officiels.

En août 2015, la mort a frappé dans le cortège de Macky Sall. Boubou Sy, un élément de la Garde rapprochée du Président Sall a perdu la vie dans un accident de la route, alors que le chef de l’Etat quittait Fatick pour rallier la capitale.

Au début de l’alternance, en avril 2001 plus précisément, Tidiane Hann, ex-agent de la Rts est mort accidentellement lors de la campagne pour les élections législatives. Quelques années plus tard, le 8 février 2007, le cortège du président et candidat de la Coalition Sopi 2007 à la présidentielle du 25 février, Abdoulaye Wade, fauche mortellement un garçon à l’entrée de la ville de Rufisque.

La même année, le 5 octobre précisément, un accident spectaculaire, survenu à hauteur du village de Lorti (situé à une trentaine de kilomètres de Guédé, communauté rurale de Dodel, département de Podor), avait coûté la vie à une dame et occasionné des blessures au ministre du Commerce, Mamadou Habibou Ndiaye.

La voiture 4×4 du ministre a dérapé, faisant plusieurs tonneaux. Malheureusement, la cousine du ministre, Marième Thierno Adama Gaye, présente à bord avec ses enfants, a été éjectée du véhicule. La chute de la dame s’est terminée sur un arbre près de la route. Elle est morte sur le coup.

En décembre 2006, le cortège du Président Wade – encore lui – fait un mort en la personne du gendarme auxiliaire Adama Mané. Ce dernier trouve la mort, dans un accident survenu à hauteur du croisement de Rosso. Quelques années plus tôt, dans le Nord toujours, un enseignant perdit la vie à Dagana. Il avait eu le malheur de croiser l’itinéraire du Président Wade. Ce dernier n’a, hélas, pas le monopole des accidents sous l’alternance.

Son ex-Premier ministre Idrissa Seck a, également, à son compteur une victime. De retour de l’aéroport, son cortège rattrape un car «Ndiaga Ndiaye» dont le chauffeur, malgré les sommations et hurlements de sirène, refusera de libérer la chaussée. Un motard de la gendarmerie le heurte de plein fouet et perdit la vie. Le tribunal des flagrants délits condamnera le chauffeur Mass Diagne à une peine d’un an de prison ferme assortie d’une interdiction de permis de conduire de 5 ans.

Un piédestal plus bas, on retrouve les ministres et les députés. Aïda Mbodj ouvre la marche avec un accident à Médina Ndiathbé qui paralysa Fatou Diop Diagne de la cellule de communication du ministère de la Femme et de la Famille. Le 19 décembre 2011, l’un des véhicules du cortège du ministre des Mines, Abdoulaye Baldé, qui revenait d’un meeting à Ziguinchor fait plusieurs tonneaux à hauteur du village de Diégoune, sur la route de Thionk Essyl. Bilan : trois morts, dont un nommé Modou Gningue, membre de son staff. Cinq mois après ce drame, le 8 avril 2011, deux personnes sont mortes et une autre blessée, dans un accident impliquant un véhicule du cortège du ministre de la Famille, Ndèye Khady Diop.

laissez un commentaire