DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Une bonne planification familiale, gage de développement communautaire

0

Le développement  au  niveau  communautaire, rime bien avec  la  planification  familiale.  Au  niveau  communautaire, les femmes  sont  très  actives. Elles  ont  un impact positif dans l’économie et une participation positive au développement.  C’est  d’ailleurs,  convaincus  de  cet  état  de  fait  que,  les  élus  locaux  misent  sur  une santé  de  ces  dernières  et  de  leurs  familles.  A Kolda, l a  santé  maternelle  et  reproductive  des  femmes  et  des  jeunes   filles  est  capitale. Du  moins   selon Dieynaba Diack, troisième   adjoint  au  maire  présidente  de  mouvement  de  femmes  et  activistes.  Et  dans  le cadre  de  la journée  mondiale  de  la  population   qui  sera  célébrée   ce  mercredi  11 juillet, elle   mise   sur  la planification familiale. Une  conviction qui  s’inspire  sans  doute  du  thème : « la planification est  un droit ».

 

Dans la région de Kolda, les filles  deviennent  très  tôt des  femmes. Elles  sont  données en mariage avant l’âge.    De cette  pratique  traditionnelle  découlent les  grossesses  précoces  et  non  désirées  et  en  conséquence, une  santé  fragilisée  de  la mère  et  de  l’enfant, une  hausse  de  la  mortalité  infanto-juvénile. Aussi, le  constat  de  la  troisième    adjointe  au  maire  est  que la  planification  familiale  peut  corriger  ses  défauts   qui  ont  une  répercussion négatives sur  la santé  sexuelle  des  filles  et  des  femmes.  « La population est  très  jeune  et  il  y a  des  mamans  qui  ne  sont  pas  très  bien  informées » dit-elle.

A l’en  croire, à   Kolda   la  dynamique de  la sensibilisation  est  de mise.  « Ayant  compris  que  la planification  doit  aussi  être  l’affaire  des   hommes  qui,  doivent  soutenir  dans  cette  pratique  leurs  épouses  et  leurs  enfants, nous  sensibilisons  aussi  de  ce  coté  parce qu’il  faut  un couple  pour  un enfant. Les   hommes  doivent  soutenir  les femmes   pour  un mieux   être  de    la famille » plaide  l’adjointe au  maire.

Madame  Diack  de notifier  en outre que le  contexte  socio  culturel  fait  aussi  que  certains  sont réticents  à  la planification  familiale.   C’est  le cas  des  manding.   S’y ajoute   le   coté religion mais,  au  niveau  de Kolda  des  religieux  orientent  les  femmes    conformément  à  la religion et  à  sa  vision  de  la planification familiale. « Il y a  cette nuance  qu’il  faut  éclaircir ».

 

S’agissant   de la    mortalité  maternelle  le phénomène  a fait  un rebond  mais il  fut dit-elle un  moment  où, on en  entendait  plus  parler. « Je  ne suis  pas  dans  les  statistiques  de  la santé  mais  nous  menons  des  sensibilisations et  travaillons  avec  les  structures  de  santé ».

Il faut noter que  le lancement  du  projet amélioration de  la santé  et  du  bien-être des  femmes au  adolescentes  du Sud  du  Sénégal,  a coincidé avec la journée  mondiale  de  la population decentralisée cette année à  Kolda.

 

 

laissez un commentaire