Sur la radio CBC, Katy Perry est revenue sur la dépression qu’elle faite en 2017, peu de temps après sa première rupture avec Orlando Bloom. Un moment difficile, qui coïncidait notamment avec une carrière qui évoluait peu pour la chanteuse, et lui a donné quelques idées noires.

Si Katy Perry et Orlando Bloom vivent le parfait amour et seront bientôt les heureux parents d’une petite fille, ils n’ont pas toujours traversé ensemble des moments agréables. En mars 2017, le couple se séparait après plus d’un an de relation, laissant ainsi la chanteuse dans un grand désespoir, tandis que côté carrière, elle traversait également une période difficile. « Ma carrière était sur cette trajectoire où elle montait, montait et montait, puis j’ai eu le plus petit changement, pas si énorme d’un point de vue extérieur, explique-t-elle à SiriusXM sur CBC, relayé par le Daily Mail. J’avais tant donné et cela m’a littéralement cassé en deux. »

« J’avais rompu avec mon petit ami, qui est maintenant le futur papa de mon bébé. Et puis j’étais excité à l’idée de voler haut vers le prochain record. Mais la validation ne m’a pas fait planer, alors je me suis juste écrasée », confie Katy Perry, qui a sorti en juin 2017 son quatrième album, Witness, qui s’est tout de même vendu à plus de 900.000 exemplaires. Une période difficile pour l’interprète de Teenage Dream, qui voit aujourd’hui un côté positif à cette dépression, qui lui a finalement beaucoup appris. « Il était si important pour moi d’être brisée afin de pouvoir retrouver mon intégrité d’une manière complètement différente », explique-t-elle, ajoutant que cela lui a permis de ne plus vivre sa « vie comme une pop star assoiffée de succès tout le temps. »

Katy Perry : « Si je n’avais pas trouvé la gratitude, j’aurai sauté »

Aujourd’hui remise de sa dépression, Katy Perry explique que c’est  »la gratitude » qui lui a probablement « sauvé la vie ». « Si je ne l’avais pas trouvée que je me serais vautrée dans ma propre tristesse et j’aurai probablement sauté », lance la future maman, qui explique être désormais « reconnaissante » lorsqu’elle se sent déprimée, surtout pendant sa première grossesse où elle se sent particulièrement à fleur de peau.  »L’espoir a toujours été une option pour moi, à cause de ma relation avec Dieu et de quelque chose de plus grand que moi », a-t-elle ainsi conclu, visiblement très positive à propos de l’avenir et plus soutenue que jamais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici