Un dernier grand rassemblement en hommage à Qassem Soleimani a lieu mardi 7 janvier en Iran. Dans sa ville natale de Kerman, des milliers de personnes assistent aux obsèques du général iranien, tué vendredi par une frappe américaine en Irak.

Selon les médias iraniens, plusieurs dizaines de personnes sont mortes lors d’une bousculade dans une procession. « Malheureusement, un certain nombre de personnes […] ont perdu la vie », a déclaré sur la télévision d’État Pir Hossein Koulivand, chef du service national des urgences. Le dernier bilan donné par un responsable des services d’urgences à l’agence iranienne Fars fait état de 40 morts et 213 blessés.

L’enterrement du général Soleimani, prévu initialement en début d’après-midi, a été reporté à la suite de cette bousculade meurtrière, annonce l’agence iranienne ISNA.

La mobilisation populaire est tout aussi importante, dans cette ville du Sud-Est, que celle qui s’est manifestée dimanche et lundi à Téhéran et dans les autres villes où les cercueils de l’officier et de ses compagnons d’armes tués avec lui ont transité pour un hommage populaire.

S’adressant à la marée humaine en deuil emplissant la place Azadi et ses alentours, le général de division Hossein Salami, commandant en chef des Gardiens de la révolution, a rendu hommage au défunt et à son bras droit, le général de brigade Hossein Pourjafari, tué en même temps que lui.

« Le martyr Qassem Soleimani est plus puissant et vivant maintenant qu’il est mort », a-t-il lancé à la foule, qui n’a rompu son silence que pour scander « Mort à l’Amérique ». « L’ennemi l’a tué d’une manière injuste », a ajouté l’officier devant les cercueils de Soleimani et Pourjafari exposés sur la place parmi des gerbes de fleurs

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici