Des milliers de Guinéens ont de nouveau manifesté jeudi à Conakry contre un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé et pour la libération des opposants emprisonnés depuis le début d’une contestation meurtrière, ont constaté des correspondants de l’AFP.

Cette nouvelle mobilisation, proclamée pacifique, s’annonce à hauts risques, trois jours après la mort de trois jeunes, atteints par les balles des services de sécurité selon l’opposition, à l’occasion des funérailles de onze autres personnes elles-mêmes tuées au cours du mouvement trois semaines auparavant.

En tout, au moins 16 civils et un gendarme ont trouvé la mort lors de l’intense contestation à laquelle la Guinée, petit pays pauvre de 13 millions d’habitants, est en proie depuis le 14 octobre à l’instigation du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC).

Des dizaines d’autres personnes ont été blessées, des dizaines arrêtées et jugées.

Une foule considérable a répondu jeudi à Conakry au nouvel appel du FNDC, coalition de partis d’opposition, de syndicats et de membres de la société civile. D’autres rassemblements sont prévus à travers le pays.

Contrairement aux premières manifestations, celles-ci ont reçu le feu vert des autorités.

Le FNDC veut faire barrage au projet prêté au président Condé de briguer sa propre succession en 2020 et de réviser pour cela la Constitution qui limite actuellement à deux le nombre des mandats présidentiels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici