Après l’Assemblée nationale, le Sénat a adopté à la majorité absolue le projet de loi très controversé sur la dépénalisation de l’homosexualité. 59 sénateurs ont voté pour, 17 ont voté contre et 4 se sont abstenus. C’est une victoire pour les uns, un jour triste pour les autres.

 Le Premier ministre Julien Nkoghe Bekalé était présent dans l’hémicycle pour motiver les sénateurs à voter en faveur de son projet de loi. L’opposition a tout fait pour que le texte ne soit pas voté. Peine perdue : le Parti démocratique gabonais (au pouvoir), fort de sa majorité absolue, a bombé le torse. Le texte a été voté à une large majorité.

Désormais l’alinéa 5 de l’article 402 du Code pénal en vigueur depuis juillet 2019 est retiré. Cet article autorisait la justice de condamner à six mois de prison ferme et une amende de 5 millions de FCFA tout citoyen reconnu coupable d’acte d’homosexualité.

« Aujourd’hui vous avez fait œuvre utile », a dit le Premier ministre remerciant les sénateurs pour « ce vote historique ». Principal opposant, Jean Ping a dénoncé une manœuvre « visant à aggraver le chaos et à susciter la stigmatisation du Gabon à l’internationale ». « Je suis très fier pour le Gabon », a exulté Stephen Jackson, représentant de l’ONU dans le pays.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici