DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

France-L’enfer des passagers d’Air Sénégal S.A à l’aéroport Charles de Gaule de Roissy…

0

Air Sénégal S.A est-elle au bord de la déroute ? Tout le laisse penser si l’on se fie à la mauvaise qualité des services constatée depuis un certain temps. A l’aéroport Charles de Gaule de Roissy ( en France), les passagers devant quitter le pays de Marianne pour rallier Dakar sont en train de vivre un véritable calvaire. Pour dire, on les fait poireauter sans motif valable. Ainsi, ils lancent un véritable cri de cœur: »J’ai acheté mon billet d’avion et rempli toutes les formalités pour venir à Dakar. J’y ai un rendez-vous très urgent. Mais, depuis hier, rien ne bouge. On peine à s’embarquer. Les services de la compagnie Air Sénégal S.A nous ont donné 15 euro pour la restauration et ce, après notre vol fixé à minuit. A cette heure tardive, on ne peut rien acheter car partout ,on a fermé boutique », s’est expliqué mademoiselle D.Lèye. Elle renchérit: »Le lendemain, on nous a fixé une autre heure. On est arrivé jusque devant la porte de l’embarquement vers 22h, on nous a également fait savoir que nous devons quitter à 3h du matin. Air Sénégal a privilégié les business class en les amenant à l’hôtel. Nous , on nous balance des sandwich.
Après cette étape, on affiche au tableau 06h du matin. Quelques heures après, on change à 16h. On ne sait à quel saint se vouer. On en a assez de ces nombreux tourments !Tellement il ya beaucoup de cafouillages au niveau des services. On a voulu créer un boucan et la police est vite intervenue. Notre vol fixé encore pour 17h 30 est incertain », clame-t-elle.

Ils interpellent les autorités

« Ces dysfonctionnements sont devenus monnaie courante au niveau de la compagnie Air Sénégal S.A. En plus de la cherté des billets, on est confronté à plusieurs difficultés. Les autorités doivent intervenir avec diligence pour mettre fin à ces impairs car, trop, c’est vraiment trop. On a des urgences à Dakar. », a laissé entendre notre interlocutrice.

Ibrahima NGOM

laissez un commentaire