DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

France: Le statut de la Corse divise le Parlement

0

La promesse de Macron d’inscrire l’île dans la Constitution rencontre un accueil mitigé chez les députés.

L’inscription de la Corse dans la Constitution est loin de provoquer un enthousiasme spontané au sein de la représentation nationale. Le Monde a interrogé les présidents de groupe de l’Assemblée nationale. Ils expriment, pour le moins, de fortes réserves.

Du côté de la majorité présidentielle, on affiche une prudente circonspection en attendant de savoir ce qu’aura décidé le président de la République. « Que la Corse soit inscrite dans la Constitution, c’est une très bonne chose. Cela démontre que nous reconnaissons la singularité de ce territoire. En même temps, ça arrime la Corse dans la République », assure Richard Ferrand, le président du groupe LRM, qui a semble-t-il bien intégré la dialectique présidentielle telle qu’elle s’est exprimée à Bastia.
Et lui-même ne manque pas de rappeler les dirigeants corses à leurs responsabilités. « Très honnêtement, la Collectivité de Corse est la collectivité métropolitaine la plus décentralisée depuis le 1er janvier, rappelle le député du Finistère. Il est important que ses responsables s’en emparent pleinement. Or, à peine mis en place, ils demandent des évolutions nouvelles. » Il n’exclut pas, cependant, d’accorder à la Corse des compétences particulières « dès l’instant que chacun apporte la preuve que c’est nécessaire ». Quant à la façon dont cela se traduirait dans la Constitution et à l’endroit où cela s’inscrirait, il reste très évasif. « Je me méfie toujours quand on transforme les enjeux politiques en enjeux juridiquesJe n’ai strictement aucune préférence pour un article en particulier. J’ai une approche pragmatique de ce point de vue. » Autrement dit, attendons de voir avant de nous prononcer.
laissez un commentaire