S'Informer devient un plaisir

Exposition d’art: Caroline Gueye en bouclier contre le pillage des poissons africains

0

Sur les traces de son grand-père Paul Ahyi, le picasso africain, auteur du drapeau togolais, Caroline trouve bien son pas. L’art est la physique, leurs passions communes. Si pour le premier l’art est le métier, la physique aux heures perdues, pour l’autre, de son vrai nom Caroline Gueye, la physicienne atmosphérique, titille l’art. En véritable experte du pinceau, Caroline qui n’en est pas à sa première exposition, est cette fois montée au créneau pour alerter sur le pillage des poissons africains.

Elle procédait hier au vernissage de son exposition SOS PODPA (pillage organisé des poissons africains) qui sera visible du 22 février au 7 mars à la galerie Vema, sise à embarcadère de Gorée.

Cette exposition est la deuxième du genre pour l’artiste, après une première qu’elle avait fait en 2015, à la galerie Kemboury sous le thème, « Les étoiles sur terre ».
A l’en croire, son cri du cœur sur le pillage des ressources halieutiques de l’Afrique s’inspire d’une série de documentaires qu’elle avait suivi sur la question et qui a alerté sa conscience sur les turbulences du monde actuel, notamment « la pratique abusive des bateaux étrangers très puissants qui pillent les eaux africaines et font disparaître certaines espèces ».

Un pillage qui peut avoir des conséquences très néfastes, « sur le quotidien des sénégalais car des poisson très consommés se font de plus en plus rare et cela fait grimper les prix et devient inaccessibles pour les populations », a expliqué l’artiste.

L’exposition qui porte sur l’environnement marin, présente 34 œuvres avec des tableaux au pastel et à l’acrylique, ainsi qu’une tapisserie et deux grandes installations dont une représentant un bateau avec des matériaux venus de la Mauritanie, lors d’un voyage de Caroline, pour rencontrer des pêcheurs sénégalais qui travaillent sur les côtes mauritaniennes.

Des représentations du père de la lutte contre l’apartheid, Nelson Mandela, sont aussi visibles à l’exposition. Et l’artiste interpelée sur cette présence répond, « Mandela me suit pratiquement dans touts mes ouvres car c’est un figure que j’admire et que j’aime dessiner, j’ai fait plusieurs tableaux sur lui ».

« Depuis toute petite Caroline a toujours été passionnée par l’art et son grand-père qui a vu ses œuvres les appréciait beaucoup. Après un bac scientifique, elle a hésité entre des études supérieures en physique ou une école des beaux arts et aujourd’hui, elle a pu faire les deux et elle est excellente dans tous les deux », nous confie sa maman qui exprimait, au micro de thieyDakar, sa fierté en visitant pour la première fois une exposition de sa fille.

 

Par mounamak

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.