Un dossier concernant  exercice illégal de  chirurgie  dentaire   est pendant  en justice. Il  met  en  cause  des  techniciens supérieurs en odontologie. Ces techniciens supérieurs en odontologie ont ouvert des cabinets sans autorisation. « L’autorisation leur est donnée en  tant  qu’infirmiers d’Etat et non à des techniciens supérieurs en odontologie. C’est des autorisations qui permettent  des soins paramédicaux et non des soins dentaires.  C’est  pourtant cette autorisation qu’ils exhibent pour dire qu’ils sont autorisés à travailler. C’est de  l’exercice illégal en fonction de la loi qui dit que nul ne peut exercer la chirurgie dentaire s’il ne remplit pas les conditions de diplômes, de nationalité et de l’inscription à l’ordre excepté ces personnes, eux qui ne peuvent travailler que sur le contrôle d’un chirurgien-dentiste » selon  le  docteur  Mamadou  kâ. Le  Président  de  l’ordre  national  des  chirurgiens  dentistes face  à  la  presse  a  notifié  que  ces  derniers n’ont pas le droit d’ouvrir en privé. C’est des personnes qui aujourd’hui, ont une mission de travailler dans le public.

En effet, tous les arrêtés parlent de leur mission dans le service public. Ils n’ont pas vocation à travailler dans le privé. « Nous  sommes en procès avec ces personnes et nous voudrions que le droit soit dit. En première instance le droit n’a pas été dit. Nous avons fait appel et par cet appel, nous souhaiterions que le droit soit dit. C’est des usurpations qui ne disent pas leurs noms »a-t-il dit.

Dans  la  même  dynamique Miryam Dia Ntab, denyiste, membre  de  l’ordre ajoute, que ceux sont des techniciens et des infirmiers.  Les infirmiers peuvent ouvrir des cabinets paramédicaux.  Ils mettent en avant leur diplôme d’infirmier, on leur donne cette autorisation pour ouvrir un cabinet paramédical. Sauf qu’une fois le cabinet ouvert, ils jettent un fauteuil et en font des soins dentaires. Alors que ce n’est pas permis. La loi est très claire sur cela. Ces personnes dans le public travaillent sous le couvert d’un chirurgien-dentiste. Parce que vous pouvez entamer une extraction simple, elle se complique. S’ils sont tout seuls comment vont-ils faire. C’est un problème de santé public que nous dénonçons. Ils n’ont même pas le droit de signer les ordonnances.  On est allé au tribunal l’affaire est pendent devant la justice. Il faut que les gens comprennent que là, où ils vont, ils ont le droit de demander et de savoir avec qui, ils ont affaire. Il faut que la population soit éveillée.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici