Au Sénégal les musulmans ont l’habitude de célébrer les fêtes religieuses ou débuté le mois de ramadan dans la division.

Le dernier fait en date du début de ce mois de ramadan où ils l’ont entamé dans l’ordre dispersé. Si certains ont commencé le jeune le vendredi, d’autres ont débuté le samedi et c’est ce même scénario qui risque de se répéter pour la korité, dont les astronomes du Sénégal ont déjà fini de fixer la date de dimanche prochain. Interrogé sur cette divergence, Ibrahima Cissé, imam de la Grande Mosquée du mouvement AL FALAH à Kaolack invite les différentes organisations et commissions musulmanes à s’unir autour d’une unique structure pour un et seul principe. Il s’exprimait lors de la cérémonie de distribution de vivres venant d’Arabie Saoudite, destinés à 110 familles dont chacune a reçu un sac de 25 kilogrammes de riz, du lait, de l’huile et du sucre.

Selon imam Ibrahima Cissé, «les divergences notées sur la célébration des dates religieuses et sur le croissant lunaire sont dues principalement au nombre pléthorique de commissions qui scrutent en solo la lune. Il s’y ajoute, ces dernières années, les astronomes qui, avant la fin du mois, prédisent souvent le jour de l’apparition de la lune.»

L’état du Sénégal vient d’assouplir le couvre-feu et l’état d’urgence permettant ainsi la réouverture des lieux de culte, ce que l’imam de la grande mosquée de AL FALAH a vivement magnifié. Selon lui, toutes les mesures édictées sont et seront respectées dans leurs lieux de culte durant tout leur temps de prière.
« Quand nos autorités avaient pris la décision de fermer nos mosquée, nous avions accepté. C’est pareille aussi lorsqu’ils reviennent à leur décision. Nous avons ouvert notre Mosquée, mais en respectant strictement les directives du ministre de l’intérieur », soutient-il.

Birane Niass, Kaolack pour ThieyDakar

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici