DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Dialyse : L’OFNAC épingle plusieurs cliniques

0

Le rapport d’activité 2023 de l’Office Nationale de Lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC) a été publié.

Dans le rapport d’enquête n°03/2022 relatif à des faits supposés de corruption, d’escroquerie, d’abus de confiance et de violation d’une convention Etat-privé dans le cadre de la prise en charge de la maladie rénale chronique (dialyse), le corps de contrôle s’est autosaisi après une déclaration du porte-parole du Mouvement des Insuffisants Rénaux du Sénégal Hamidou DIALLO. déclaration dans laquelle il accuse des cliniques de faire dans la surfacturation de fourniture du kit d’hémodialyse alors celui-ci est subventionné par l’Etat du Sénégal.

Entendu par l’OFNAC, le porte-parole du mouvement a réitéré ses propos.

Pour preuve, il révèle qu’ en Côte d’Ivoire, le kit est vendu à 19.650 FCFA. Avant la crise post-électorale, il était échangé à 6000 FCFA contre 16.000 FCFA après la crise. Au niveau international, il varie entre 5 029 FCFA et 10 378 FCFA.  Outre cela, la directrice du Pharmacie Nationale d’Approvisionnement (PNA) avait annoncé une rupture de Kits de dialyse le 18 décembre 2019 à cause  d’une dette de 17 milliards FCFA de l’Etat du Sénégal aux fournisseurs étrangers. Alors que c’est le PNA qui achète les kits à 41. 405 FCFA puis les distribue aux hôpitaux du public et aux cliniques du privé.

Sur ces entrefaites, des cliniques privées comme Les Madeleines, ICP et le Centre d’Hémodialyse de Dakar surfacturent les kits qui sont subventionnés pour les monnayer entre 250.000 FCFA et 65. 000 FCFA par séance.

Il faut noter que le Kit est gratuit dans le public et coûte 20.000 FCFA dans le privé.

Les kit non utilisés « soit parce que le malade, faute de moyens, ne peut faire 3 séances par semaine, soit parce que les bénéficiaires sont décédés, sont revendus par ces centres qui s’abstiennent de déclarer les décès ».

Avec 1000 malades (750 dans le public et 250 dans le privé), le PNA approvisionne par trimestre les centres, «lesquels ne déclarent pas les cas de décès, revendent le stock restant dans des pays étrangers comme la Gambie ».

Au cours de l’enquête, l’OFNAC a aussi auditionné la directrice du PNA, le directeur de ACMU, l’administrateur délégué de l’ICP, le directeur administratif et financier de la clinique des Madeleines entre autres personnalités.

Au terme de l’enquête menée par l’OFNAC, «la corruption passive et escroquerie à l’encontre de l’assistante-secrétaire de l’ICP, escroquerie portant sur les deniers publics à l’encontre de l’administrateur de l’ICP» ont été retenues. Le rapport d’enquête a été transmis au procureur de la République de Dakar pour suivre le dossier.

laissez un commentaire