L’arrêt de plusieurs chantiers, le licenciement de plusieurs milliers de travailleurs , le chômage technique qui auraient été la conséquence néfaste du retard dans le paiement de la dette de l’Etat au Btp national, est à classer dans le tableau décati de l’oubli. En marque de l’atelier national sur les techniques de négociation collective, de lobbying/Plaidoyer ouvert hier, à Dakar pour trois jours, le Secrétaire général des travailles de la construction, du bâtiment et du bois a révélé que l’Etat a mis la main dans la poche pour faire face à ses obligations. « Les entreprises sont en train de souffler. Il y a une partie de la dette qui est soldée. Presque la totalité de la dette du Ter (70 milliards) est soldée. Au niveau des différentes entreprises, il y a des sommes qui ont été avancées. C’était notre souci. Et l’Etat est en train de payer », a déclaré Diaraf Ndao. Par ailleurs, il a révélé qu’à ce jour, plus de 100 milliards ont été débloqués. « Nous allons continuer à négocier et appelle l’Etat à payer sa dette due aux entrepreneurs privés du secteur du bâtiment et de la construction « , a-t-il annoncé toute de même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici