Dakar est sale, très sale. En cause, la grève des concessionnaires

Au marché de Tilène et dans certaines rues de la Médina, notamment, tout comme à Castors et les quartiers de la capitale, le décor est le même.

Les tas d’ordures forment le décor. L’odeur nauséabonde agresse les narines.

Dans les colonnes de Voxpopuli, Demba Diop alias Diopsy, le président des concessionnaires, fait savoir que si l’État ne règle pas l’ardoise, leurs camions ne reprendront pas le travail.

«La grève ne s’arrêtera que lorsque l’État nous aura payé.»

Ils réclament à l’État le paiement des arriérés de règlement de leurs prestations pour 7 milliards de francs Cfa. La dette est vielle de 7 mois.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici