Après votre accouchement, le mode de contraception ne sera plus forcément le même qu’avant la naissance de bébé. Le choix de votre nouvelle contraception se fait aussi en fonction de l’allaitement et des petits soucis que vous avez pu rencontrer durant la grossesse.

Il n’y a pas de reprise de l’ovulation avant le 21e jour après l’accouchement : une contraception n’est donc pas nécessaire avant ce délai. A l’inverse, à partir du 21e jour, il existe un retour de fertilité. Une contraception devient donc indispensable si vous ne souhaitez pas avoir de naissances rapprochées.

Contraception naturelle : un taux d’échec compris entre 17 % et 20 %
Comme le souligne la Haute autorité de santé : « le choix de la méthode de contraception en post-partum doit prendre en compte l’allaitement éventuel, les pathologies survenues pendant la grossesse (comme l’hypertension gravidique ou le diabète gestationnel par exemple) et le risque de thrombose veineuse qui est majoré dans les 6 semaines qui suivent l’accouchement ».

PILULE, IMPLANT SOUS-CUTANÉ, INJECTION INTRAMUSCULAIRE (PROGESTATIFS)

Chez la femme qui allaite : les progestatifs seuls peuvent être utilisés à partir de 21 jours après l’accouchement.
Chez la femme qui n’allaite pas : les progestatifs seuls sont utilisables à partir de 21 jours après l’accouchement.

Plusieurs voies d’administration sont disponibles : pilule microprogestative (au lévonorgestrel ou au désogestrel), implant à l’étonogestrel ou injections d’acétate de médroxyprogestérone (tous les 3 mois). Mais eur indication est limitée aux cas où il n’est pas possible d’utiliser d’autres méthodes contraceptives.

PILULE, ANNEAU VAGINAL, PATCH TRANSDERMIQUE (ESTROPROGESTATIFS)

Chez la femme qui allaite : les estroprogestatifs ne sont pas recommandés dans les 6 mois suivant l’accouchement.
Chez la femme qui n’allaite pas : les estroprogestatifs sont utilisables à partir de 42 jours après l’accouchement en l’absence de contre-indications (principalement d’ordre thromboembolique veineux ou artériel, hépatique, carcinologique…) et en prenant en compte les facteurs de risque de thrombose.

DISPOSITIFS INTRA-UTÉRINS (DIU) AU CUIVRE ET AU LÉVONORGESTREL (STÉRILETS)

Ils sont utilisables chez la femme à partir de 4 semaines après l’accouchement, qu’elle allaite ou non. Toutefois, le gynécologue doit avoir évalué et écarté un risque infectieux (il va rechercher une infection à Chlamydia trachomatis et Neisseria gonorrhoeae avant la pose).

A noter que certains risques (risque d’expulsion, risque de perforation et de migration le plus souvent lié à la pose) restent exceptionnels mais sont augmentés chez la femme qui allaite.

DIAPHRAGME, CAPE CERVICALE, SPERMICIDES

Ils ne doivent pas être utilisés avant 42 jours (6 semaines) après l’accouchement. Si une méthode barrière doit être choisie en post-partum, il faut privilégier le préservatif.

ET LA MÉTHODE DE L’ALLAITEMENT MATERNEL ?

L’allaitement peut avoir un effet contraceptif jusqu’à 6 mois après l’accouchement (le risque de grossesse à 6 mois reste inférieur à 2 %) si toutes les conditions suivantes sont réunies :

allaitement exclusif
allaitement jour et nuit avec 6 à 10 tétées/jour
pas plus de 6 heures entre 2 tétées la nuit, pas plus de 4 heures le jour
absence totale de règles.
Il convient d’utiliser une autre méthode de contraception en cas de retour des règles, de réduction de la fréquence ou de la durée des tétées, d’introduction de l’alimentation au biberon ou dès que le nourrisson atteint l’âge de 6 mois

Je mange quoi pour rester en forme pendant que j’allaite ?
Les accessoires indispensables (ou pas) pour l’allaitement
Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes

TWEETER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici