Malgré les ravages que fait Covid-19 au Sénégal, le débat  sur le littoral a réussi à le bousculer dans l’actualité nationale un tant soit peu. A la pointe du combat, les défenseurs du littoral et surtout… le maire Sacré-Coeur-Mermoz Barthélemy Dias. Depuis le début du combat, beaucoup de noms cités : Djibril Diallo, ancien fonctionnaire intentionnel, Djibril Diallo, sous-préfet de Dakar-Plateau, Collé Ardo Sow, Rose Wardini, mais aussi des sociétés. C’est ce que les acquisitions sur la Corniche intéressent tout le monde. Et dernièrement, le nom de Jean Paul Dias a été cité. Selon nos sources, le père du maire de Mermoz Sacré-Coeur a fait lui aussi une demande de régularisation par voie de  bail d’une parcelle de terrain sise route de la Corniche Ouest à hauteur de Fann Mermoz, en 2014, auprès du chef du Bureau des domaines de Ngor Almadies et de Grand-Dakar. Ce dernier a alors sollicité l’avis de la Division régionale de l’urbanisme de Dakar par lettre n°02056/Dgid/Dedt du 21 mai 2014.

En réponse, Katy Ndiaye Diallo, alors chef de la Division régionale de l’Urbanisme de Dakar, mentionne que la parcelle sollicitée a déjà fait l’objet de deux demandes antérieures formulées respectivement par la société Mahila Sarl. Conséquence : la Division régionale de l’Urbanisme de Dakar a émis un avis réservé à la requête de Jean Paul Dias portant sur la même assiette au motif qu’elle ne dispose pas de plan d’aménagement de la Corniche Ouest de Dakar, encore moins son règlement particulier.

Joint au téléphone, Jean-Paul Dias nie totalement avoir émis une demande de régularisation. « Une demande de régularisation ? non. Ce que l’on régularise, c’est ce que l’on a déjà », précise  Jean-Paul Dias. Qui poursuit : « cela n’existe pas ! La vérité, ce sont les gens du domaine avec la complicité du ministère des Finances, en général, le ministre délégué ou le ministre chargé du budget qui s’occupe de ça. En général, quand ils ne veulent pas vous donner quelque chose, ils invitent des choses. Ces sociétés citées dans la lettre n’existent même pas » (Ndlr : en réalité, elles existent). Jean,-Paul Dias se défend en soutenant qu’une régularisation le concernant n’existe pas. « Une régularisation suppose que j’ai déjà un bien ou que je suis attributaire. J’ai peut-être fait une requête et il n’est pas interdit d’en faire, mais pour refuser votre requête, on écrit n’importe quoi. Mais on s’en fout que cela ait fait l’objet d’une demande  de tel ou de tel ».

Quant à la question de savoir s’il y avait un lieu entre les sorties fracassantes de Barthélemy Diass et sa demande refusée de régulariser une parcelle sur la Corniche Ouest, Jean Paul Diass crie haut et fort qu’il n’en existe aucun.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici