Cette histoire s’est déroulée au Caire, en Egypte. Le père, Ashraf Helmi, a emmené son fils âgé d’1 mois seulement dans un hôpital pour un vaccin, mais aussi pour le faire circoncire par des médecins spécialisés. Or, c’est une infirmière qui a pris en charge cette opération délicate. Cela a malheureusement mal tourné pour le bébé.

Une circoncision ratée

En emmenant son fils à l’hôpital, Ashraf pensait le laisser entre des mains expertes pour réaliser la circoncision. Une infirmière s’étant présentée en tant que médecin a déclaré qu’elle s’y connaissait et qu’elle effectuait cette intervention régulièrement.

Ainsi, c’est dans une salle d’urgence et non dans une salle d’opération, que la circoncision du nouveau-né a été faite sous l’œil du père inquiet. Une fois la procédure terminée, l’infirmière aurait serré si fort le pansement du bébé, qu’Ashraf lui en aurait même fait la remarque. Elle aurait répondu qu’elle savait ce qu’elle faisait.

Après quelques jours, le papa a constaté que le pénis du petit était gonflé et l’a directement emmené à l’hôpital. En constatant qu’il s’agissait d’une infection dangereuse, les chirurgiens n’ont eu d’autre choix que de procéder à l’amputation du pénis du nouveau-né.

L’arrestation de l’infirmière

Suite à cette opération ratée, le père dévasté a porté plainte auprès de l’hôpital, et le vice-ministre de la Santé, Hamdi Al-Tabakh, a déclaré que l’infirmière a avoué avoir mal effectué la circoncision, mais au domicile du père suite à sa demande. Ce dernier a affirmé que ce n’était pas le cas. Monsieur Tabakh a aussi expliqué que cette affaire fait l’objet d’une enquête pour éclaircir les conditions exactes de ce drame.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici