Les rumeurs et autres informations non-fondées sur les risques liés aux vaccins ont été à l’origine d’un faible niveau des résultats, pour certains types de vaccins à Kaolack (Centre), selon le docteur Bassirou Ndir, Médecin du Bureau régional de l’immunisation et de la surveillance épidémiologique de Kaolack.

Des résultats de 50 % ont été obtenus sur certains types de vaccins sur un objectif initial de 90 % des cibles. Sur trois vaccins principalement, ils n’ont pas dépassé 50 % des objectifs.

Ce sont les vaccins contre l’hépatite, la rougeole, et le cancer du col de l’utérus. ‘’Le vaccin contre l’hépatite est pris moins de 24 heures après l’accouchement. Et avec un taux d’accouchement hors des structures encore élevé, il est difficile d’atteindre les objectifs’’, a expliqué le Dr Ndir. Il a insisté sur le fait que pour la rougeole, beaucoup de femmes ignorent qu’elles devraient prendre un nouveau vaccin, 16 mois après l’accouchement, contrairement à l’ancienne méthode pour laquelle elles s’en limitaient à celui du 9e mois.

Docteur Ndir préconise, d’un autre côté, une collaboration avec l’inspection d’académie, dans le but de booster les résultats du vaccin administré à des élèves ou à des pensionnaires de ‘’daara’’ (école     coranique).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici