Les arrêts de la Cour de justice de la Cedeao qui ont un caractère obligatoire pour les Etats membres, ne sont pas exécutés par ces derniers. Un fait que regrette le juge Edward Amoako Asanté, président de ladite Cour de justice.

« Le protocole relatif à la Cour, tel qu’amendé, impose aux Etats membres l’obligation d’exécuter les décisions de la Cour conformément aux règles de procédure civile des Etats membres concernés. La Cour n’a pas le pouvoir d’exécuter ses propres décisions, d’où son incapacité d’aider les Etats parties à cet égard », admet le juge Amoako.

« Par conséquent, nous continuerons à faire appel respectueusement aux Etats membres pour résoudre cette question le plus vite possible afin de renforcer la confiance en la Cour », promet-il dans les colonnes du quotidien Le Soleil.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici