Le  ministère  de  la  santé  a  parlé  de  trois cas   communautaires   en  faisant  le  point  sur la   situation  du  covid-19  au  Sénégal  ce  samedi.  Et selon  le  professeur   Daouda  Ndiaye, « la  transmission  communautaire  est  lorsque  les  personnes  testées  positives  n’ont pas  été  en  contact  directe  avec  des  personnes    confirmées ».

Il   s’agit  dit-il  de  personnes  dont  la  transmission a eu  lieu  au  sein  de la  communauté.  La  personne  n’  a jamais   voyagé  et  n’a  pas  été  en  contact  avec  une  personne  connue positive. «  Au   niveau  supérieur  une  transmission  sans  un  cas  importé  et  que  la  personne  ne  semble  pas  avoir  été  en  contact  avec  un  cas  connu et  confirmé ». Le  professeur  Ndiaye  rassure  tout  de  même que ce  qui  est  important  à  connaitre  c’est  qu’il  est  possible  de  remonter  la  chaine  de  transmission  jusqu’à  connaitre  la  provenance .

Le hic  cependant est   notifie  le professeur  Daouda Ndiaye : « Quand  on  arrive  à  ce  stade,  il  faut  dire  que  la  situation  est  très  sérieuse,  on  est  aujourd’hui   dans  un  pays  où  la  confirmation  de  cas   et  la  contamination  peuvent  se  faire  en  tout  moment.  Il  y  a,   il  faut  le  noter,  des  personnes  qui peuvent  être  infectées  sans  pour  autant  être  entre  les  mailles  des  personnes suspectes ».  Et ajoute-t-il, « nous  sommes  tous  potentiellement  avec  la  maladie  du  coronavirus  sans  le  savoir ».

Le masque  du ministre  de  la  santé  

Interrogé  sur  le  masque  porté par le ministre  de la santé  et  de  l’action  sociale  en  faisant  la  situation du  covid-19  ce  samedi  le Pr  Ndiaye  soutient : « Quand  on  est  en  dehors  de  sa   maison,  il  faut  noter   que  toute  personne  peut  être  source   de  contamination,  c’est  pourquoi il  faut  renforcer  les  mesures  de  prévention.  Parmi  les  mesures  de  préventions  individuelles,  il  y  a  le port  du  masque,  les  solutions  hydro-alcoolique  et  le  lavage des mains. «  C’est  une  préoccupation   individuelle,  collective  et  obligatoire   et  doit  être  appliquée  dans  toute  sa  rigueur. Chaque  Sénégalais  a  un  rôle  primordiale  à  jouer   pour  arrêter  la  contamination »conclut-il.

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici