DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Caprices et menaces de mort, la vie en prison de Jodi Arias, l’énigmatique tueuse

0

Caprices et menaces de mort, la vie en prison de Jodi Arias, l’énigmatique tueuse. Un rapport de 100 pages dévoilé par les médias américains raconte la vie derrière les barreaux de Jodi Arias, condamnée à la prison à vie en 2015 pour le meurtre de son petit ami.

Jodi Arias est l’une des détenues les plus célèbres des Etats-Unis. Son procès a été suivi par des millions d’Américains, fascinés par l’histoire de cette femme au visage d’ange, devenue une tueuse froide. C’est en 2008 que son petit ami, Travis Alexander, a été retrouvé mort dans sa douche.

Jori Arias a été condamnée en 2015 à la prison à vie sans possibilité de remise en liberté. NBC s’est procuré un rapport d’une centaine de pages dans lequel les autorités reviennent sur sa vie derrière les barreaux. On y apprend ainsi que la jeune femme a passé ses deux premières années en prison dans une unité de haute sécurité et reste aujourd’hui confinée dans une cellule qu’elle partage avec une codétenue.

Si elle a à présent le droit de se socialiser avec les autres prisonnières, le rapport indique qu’elle ne semble pas bien s’entendre avec elles, au point de recevoir des menaces de mort. En 2015, un responsable de la prison a trouvé une lettre adressée à Arias suscitant l’inquiétude. D’après ce mot, une personne «et une complice ont déclaré qu’elles allaient cacher des armes dans un livre afin de pouvoir l’attaquer». Lors d’un autre incident, Jodi Arias a expliqué avoir été menacée. «Je vais te tuer de la même manière que tu as tué ton putain de petit copain», lui aurait-on lancé. Elle a demandé à plusieurs reprises à changer de prison.
Le document indique également que Jodi Arias a, en février 2016, été rappelée à l’ordre après avoir insulté un gardien de prison. Elle se plaignait de l’absence de son coiffeur préféré et donc de n’avoir pas pu arranger ses cheveux.

De plus, elle aurait réussi à communiquer vers l’extérieur, depuis sa cellule, en utilisant un téléphone portable. Elle aurait demandé à un ami de dire sur Twitter qu’il n’y avait plus d’eau depuis des jours dans la prison. Elle posterait d’ailleurs elle-même parfois des messages sur ce fameux compte, demandant notamment de l’argent via une page de collecte de dons ou racontant avoir été vaccinée contre la grippe.

laissez un commentaire