DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Burkina: la junte militaire accepte une transition de deux ans

0

En visite à Ouagadougou, le week-end dernier, une mission de la Cédéao s’est félicitée de la décision des autorités de la transition d’avoir accepté de réduire la durée de la transition dans le pays.

« On a eu de très bonnes discussions avec les autorités burkinabè », avait déclaré à Ouagadougou, le week-end dernier, le président en exercice de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), le président Bissau-Guinéen Umaro Sissoco Embalo. Il était accompagné par le médiateur désigné par la Cédéao pour accompagner la transition au Burkina Faso, l’ancien président du Niger, Mahamadou Issoufou.

« Accordant une grande importance à un délai raisonnable de la transition, nous sommes parvenus à un consensus de 24 mois à compter du 1er juillet 2022 au 1er juillet 2024 », a ajouté le président Umaro Sissoco Embalo. Selon lui, les axes majeurs sur lesquels doivent se focaliser les autorités burkinabè sont le défi sécuritaire, la crise humanitaire, le retour à l’ordre constitutionnel, la mobilisation des ressources et la mise en place d’un mécanisme de suivi-évaluation.

Ce compromis est salué par le chercheur Mamadou Aliou Barry. Le président du Centre d’analyse et d’études stratégiques (CAES) note que la transition au Burkina Faso était bien menée par rapport à celle en cours au Mali et en Guinée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.