« Grâce aux TICs, ce projet va permettre la mutualisation des ressources et aussi permettre aux femmes d’accéder aux services non financiers et financiers et nous espérons que grace à cette plateforme, grâce aux TICs, les barrières seront levées », a indiqué Mme Nicole Gackou, représentante des Femmes Entrepreneures et Femmes d’Affaires de la CEDEAO. Et la présidente des l’Union des Femmes Chefs d’entreprises du Sénégal de poursuivre, « pour le moment 50 million qui sont visées mais nous savons qu’en Afrique les femmes représentent 52% et rien qu’à la CEDEAO, c’es des centaines de milliers de femmes et nous espérons qu’à terme ce soit un programme qui pourra toucher le maximum de femmes ».

Pour elle, le challenge aujourd’hui est de permettre aux femmes d’avoir une bonne information économique. « Nous savons que les femmes ne vont pas aujourd’hui vers l’information économique et le plus grand challenge a été la mise en place de cette plateforme, mettre un seul site en place pour qu’elles puissent y aller », a précisé Mme Nicole Gackou.

Elle s’exprimait en marge du premier comité de pilotage du projet « 50 millions de femmes ont la parole » qui s’est tenu au Sénégal en début de semaine en présence de représentant de la BAD, des représentants des institutions sous régionales composant le projet, à savoir, le COMESA, la CEDEAO et l’EAC, ainsi que des délégués de réseaux et fédérations de femmes entrepreneures de l’Afrique australe, de l’Ouest, du Centre et de l’Est.

Ce projet mis en œuvre sur une période de trois ans dans les pays des trois communautés sous régionales (COMESA – CEDEAO – EAC), est en phase avec les dispositions relatives à l’autonomisation des femmes et des jeunes telles qu’énoncées dans l’Agenda 2063 de l’Union Africaine et avec les objectifs de développement durables (ODD).

Vidéo…

 

Par mounamak

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici