DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Au moins cinq morts et 33 blessés à Kinshasa lors des marches contre Kabila

0

La crise politique en République démocratique du Congo a connu dimanche un nouvel épisode sanglant avec au moins cinq morts à Kinshasa dans la dispersion par les forces de sécurité de marches interdites contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.

Au moins 33 personnes ont été blessées dans tout le pays lors de ces « marches pacifiques » organisées à l’appel d’un collectif catholique après les messes du dimanche, selon ce bilan provisoire de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco).

Il y a eu également 69 arrestations, a ajouté la porte-parole de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) Florence Marchal qui évoque un « bilan provisoire ».

Les décès ont tous été comptabilisés à Kinshasa, alors que des blessés et des arrestations ont été relevés dans tout le pays, a-t-elle dit.

A Kinshasa, une jeune fille de 16 ans est décédée après un tir de rafales d’une « auto-mitrailleuse » visant l’entrée de l’église Saint-François-de-Salles dans la commune de Kitambo, a déclaré à l’AFP le médecin, ex-ministre et opposant Jean-Baptise Sondji.

Le décès a été confirmé à l’AFP par le père de la jeune fille qui dit être officier de police.

Les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes mais aussi des balles réelles, selon la Monusco, qui avait annoncé l’envoi d’observateurs sur le terrain, et des témoins dont des journalistes de l’AFP.

Le médecin a estimé que la jeune fille était déjà morte quand elle a été transportée en taxi vers l’hôpital de Kitambo. Des membres de la Croix-Rouge lui ont confirmé le décès, affirme-t-il. « Ils ont pris le corps qui est à la morgue de l’hôpital Mama Yemo ».

A Goma, trois personnes ont été blessés et huit arrêtées à la paroisse Saint Joseph selon le correspondant de VOA Afrique sur place.

A Bukavu, selon le correspondant de VOA sur place, quatorze arrestations ont été menées. Des affrontements ont éclaté entre les manifestants et la police, faisant 16 blessés dont 4 gravement.

Un deuil a été dispersé à coup de gaz lacrymogène en commune de Kadutu, des biens des manifestants ont été ravis comme des téléphones, des sacs à mains, selon lasociété civile locale.

Casques bleus déployés

Une cinquantaine de Casques bleus armés de la Monusco, la force de l’ONU en RDC, se sont déployés devant l’église entre les manifestants dont le nombre était estimé à plusieurs centaines et les forces de l’ordre, selon cette même source.

Les protestataires s’étaient repliés dans l’église après avoir tenté de marcher avec des rameaux à la main après avoir été rapidement dispersés à coup de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.