DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Ansoumana Danfa, membre du pôle présidentiel: « La transhumance a plombé la CREI et l’OFNAC »

0

Le leader du mouvement pour l’action et la citoyenneté/authentique (MAC/A) dénonce le fait que le camp présidentiel accepte de recevoir des transhumants. Le dernier cas est celui de Sada Ndiaye, l’ex responsable libéral.

« Le président de la république avait lui-même demandé à la coalition ‘’Macky 2012’’ de cesser de tirer sur les gens qui sont venus les soutenir. Ces gens qui sont venus rejoindre le camp présidentiel cherchent une protection et des prébendes. Le constat amer est que la transhumance a plombé la CREI et l’OFNAC », tonne Ansoumana Danfa.
Pour ce membre de la conférence des leadeursde la coalition ‘’Domi Rewmi’’, la propension du régime de MackySall à accueillir les transhumants risque de lui être fatale.

« L’arrivé de Sada Ndiaye est un grand scandale. C’est un contre-exemple. Nous sommes tous derrière Moustapha Cissé LO. Il a dit tout haut ce que beaucoup de responsables pensent tout bas. Nous l’encourageons. Il faut qu’on attire l’attention du président sur le danger qui le guette. L’APR ne doit pas accepter d’être le réceptacle d’hommes politiques du passé qui ont renié toutes leurs convictions.L’éthique en politique est très importante» indique M. Danfa.

D’après lui « les gens qui avaient porté la candidature de Macky Sall en 2012 sont laissé en rade, au profit de ceux qui l’insultaient hier. Ce sont les transhumants qui occupent, aujourd’hui, les responsabilités dans ce pays ».

« Les premiers compagnons du chef de l’Etat sont gagnés par le découragement, au vue de l’ampleur du phénomène de la transhumance. Ceux qui ont combattu Macky Sall, sont, aujourd’hui, aux premières loges. On leur déroule les tapis rouge, au moment où ceux qui se sont battus pour qu’il accède au pouvoir sont relégués au second plan. Cela est inadmissible. Je conseille au président de revenir vers ces compagnons de la première heure qui ont tout sacrifié pour qu’il soit élu », affirme le secrétaire général du MAC/A.

Avant d’avertir : « Idrissa Seck risque de faire face à Macky Sall à la présidentielle de 2019, et si par malheur, il devient président, beaucoup de responsable de l’actuel pouvoir iront en prison, parce qu’il dit partout que nous sommes en train de dilapider les ressources du pays ».

laissez un commentaire