Le service de la dette absorbe, en moyenne, 14% des revenus des pays africains. Autant de milliards de dollars qui, selon le Comité d’initiative pour l’annulation de la dette africaine (Iada), « manquent à la satisfaction » des besoins urgents des populations africaines, notamment en matière de nourriture, de santé et d’éducation. « Les moratoires, annulations partielles, rééchelonnements opérés jusqu’ici n’ont nullement permis la disponibilité de ces fonds pour les besoins  des populations, ni même une réduction du volume de la dette », soutient le comité dans son communiqué d’appel à la mobilisation. Il estime ainsi qu’il est « temps d’enrayer cette mécanique mortifère » dont la pandémie actuelle démontre, selon eux qu’elle fait peser des menaces « immédiates » sur la survie physique des populations d’Afrique et, par voie de conséquence du monde entier.

Les initiateurs de l’Aida pensent, en fait, que les propositions récentes de report d’échéances « ne sont pas » à la hauteur de cette exigence. C’est pourquoi ils demandent l’annulation totale  et sans condition de la dette extérieure africaine. « En rupture avec les pratiques du passé, cette annulation devra profiter aux peuples par la création de mécanismes transparents de gouvernance permettant la mise en oeuvre efficiente de programmes d’investissement massifs dans les domaines-clés que sont, entre autres : l’amélioration quantitative et qualitative des systèmes d’éducation et de santé, l’accès universel à l’eau, à l’électricité, à l’internet et à tous les services sociaux de base, la maitrise de l’eau, en vue notamment d’une production alimentaire autosuffisante », déclare leur porte-parole El Hadj Nomar Samb. Qui pense que chaque citoyen du monde doit « élever la voix » pour contribuer à la satisfaction de cette « exigence de solidarité et d’humanité.

Par ailleurs, le président du comité d’Ida, Modou Guiro, relève qu’une récession économique s’annonce et le monde va vers de « réelles difficultés », quant à la satisfaction de la demande sociale des populations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici