Invité de l’émission ‘’Senshow’’, l’ex-ministre d’Etat, relégué à la 61e  place au HCCT, s’est arrogé le droit de défendre ce projet cynique qui consiste à décréter le maire de la ville de Dakar. C’est son droit le plus absolu de défendre ses principes et convictions comme il l’eut dit. A l’entendre parler, on a l’impression qu’il est un parangon de la bonne gouvernance. En ressassant sans cesse qu’il est contre toute forme de justice à double vitesse et qu’il a une foi inébranlable au corps de contrôle de ce pays, Aliou Sow a montré qu’il est, sans conteste, le genre de beau parleur qui ne croit jamais à ce qu’il dit.

N’est-ce pas lui qui fulminait à tue-tête, le 09 juin 2011, que ‘’ quiconque touche à un cheveu de ma femme passera sur mon cadavre. C’est une dame très juste et rigoureuse dans ce qu’elle fait. Elle a du mérite et rend bien service à son pays.’’ Malaw avait cru bon de s’ériger en bouclier contre un rapport accablant son ex-épouse alors poursuivi pour des marchés de gré à gré sur des bases non conventionnelles de l’ordre de 256 652 136 FCFA. Pourquoi à l’époque n’avait-il pas demandé à ce que la justice fasse son travail comme il le fallait ?

Il se croit tellement important alors qu’il n’est même pas capable d’entretenir une femme. Si aujourd’hui ce monsieur, dont les vitupérations bringuebalantes vacillent au fil du temps, revient à être un fidèle défenseur du président, Macky Sall, cela ne devrait point surprendre en tout cas pour ceux qui le connaissent. N’est-ce pas lui qui dans son livre dénommé  ‘’le courage d’agir’’’ insultait sa femme pour qui il était prêt à donner la vie, en 2011,  en des termes sidérants juste parce qu’il avait divorcé avec elle. ‘’Une femme mariée adultérine est une souillure en mouvement dont il faut se débarrasser si on est porteur d’une ambition noble ou au service d’une cause noble. Elle vous déshonore, vous humilie et vous retarde, vous expose en danger permanent après vous avoir exposé à la risée populaire.’’

Nul besoin d’en dire d’avantage car Malaw malgré l’importance qu’il se donne montre dans les faits qu’il est un pauvre type qui ne mérite que le mépris. Mais, vu qu’il y a des millions de personnes qui suivent la télévision qui est un média de masse ; il parait important d’apporter quelques éclaircissements.

1/ D’abord, le PDS n’a jamais été demandeur d’une quelconque grâce ou amnistie. Ce qu’on exige, c’est la révision du procès de Karim Wade comme l’eut ordonné les nations-unies, le 14 novembre 2018, en son ordonnance n° 2783/2016 se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques au nom de M. Karim Meïssa Wade.

2/L’Etat du Sénégal est dans l’obligation de la respecter car dans le préambule de la déclaration universelle des droits de l’homme il est clairement établi que ‘‘les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales’’. De plus, l’article 30 est sans équivoque puisqu’il y est dit qu’ ‘’aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupe ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés’’.

3/ On amnistie des délits, crimes ou attentats. Karim Wade pour rappel, monsieur Sow, n’a jamais été épinglé pour détournement de denier publics par les différents corps de contrôle de l’Etat comme ce fut le cas avec votre âme sœur non moins ex-épouse. Karim Wade est victime de son ambition présidentielle. Voilà le seul délit qui lui eut valu 03 ans deux mois de détention arbitraire assorti d’une condamnation sélective, déraisonnée, illégale et injuste.

Monsieur Sow nous tenions juste, avec tout le respect que l’on vous doit, à mettre les points sur les i. En attendant, continuez à justifier votre salaire de 2 millions de FCFA/mois que vous perceviez au HCCT mais n’oubliez pas que le gros du peuple souffre du fait du train de vie dispendieux de l’Etat. Portez-vous bien.

 

Éternel Wadiste

Moïse Rampino

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici