C’est devenu un débat qui divise les responsables de syndicats d’enseignants. Les résultats officiels du baccalauréat sont attendus mais déjà les premières tendances annoncent déjà la couleur d’un taux satisfaisant qui dépasse largement le taux de réussite que connaît le Sénégal depuis 2017.

Le Cusems Authentique de Dame Mbodji reste dubitatif sur ces résultats. Lors de sa dernière sortie son secrétaire Général Dame Mbodj a parlé de tricherie orchestrée par l’Etat du Sénégal.

Selon lui, le contexte actuel ne rime pas avec de tels résultats. « Les élèves n’ont pas appris dans le public pendant les 3 mois et demi pendant lesquels l’école sénégalaise a été fermée du fait de la Covid-19. Donc il faut qu’on nous dise la vérité. Ce qui s’est passé est inexplicable du point de vue scientifique, on ne peut pas tricher avec l’éducation parce que tout va nous retomber sur la tête nous les Sénégalais », a déclaré le syndicaliste.

Du côté du Cusems d’Abdoulaye Ndoye, un autre argumentaire est brandit. Le secrétaire général adjoint de ce syndicat Ndongo Sarr réagissant sur les ondes d’une radio de la place, a lui loué le patriotisme de ses pairs qui malgré la pandémie ont accompli avec honneur cette tâche d’enseignement.

La thèse brandit par certains est battu en brèche par ce dernier qui pense que cette tendance jugée bonne est relative aux conditions d’études des candidats ces deux derniers mois.

 » les classes étaient scindées en deux, et les élèves étaient à l’aise et plus concentrés pour étudier. Ce sont des enseignants qui surveillent et qui corrigent alors comment dans ce cas peut on dire que l’État a une main mise sur ces résultats. Ce débat ne tient pas la roue » lâche ainsi le sieur Sarr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici