Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé mercredi avoir suspendu deux mois une de ses ministres, dénoncée sur les réseaux sociaux pour avoir participé à une fête chez des amis en violation flagrante du confinement anti-coronavirus.

M. Ramaphosa a imposé à ses 57 millions de concitoyens de rester chez eux jusqu’au 16 avril pour enrayer la pandémie de Covid-19, qui a infecté plus de 1.700 personnes et fait 13 morts dans son pays.

Malgré cet ordre, sa ministre des Communications Stella Ndabeni-Abrahams a été prise en flagrant délit de désobéissance sur une photo publiée dimanche sur Instagram, où elle apparaît en train de déjeuner avec cinq autres personnes au domicile d’un ex-ministre.

M. Ramaphosa a convoqué la fautive, l’a “suspendue pendant deux mois, dont un mois sans traitement” et lui a ordonné de “présenter des excuses publiques à la Nation”, a annoncé la présidence mercredi. “Le confinement national s’impose à tous les Sud-Africains”, a rappelé le chef de l’Etat dans un communiqué.

“Aucun d’entre nous, et encore moins un membre de l’exécutif, ne doit saboter notre effort national pour sauver des vies”, a-t-il insisté, “personne n’est au-dessus des lois”. Cyril Ramaphosa a également indiqué que “la justice suivra son cours” pour déterminer si sa ministre est passible de poursuites.

L‘état d’urgence imposé par les autorités sud-africaines dans le cadre de la lutte anti-coronavirus, prévoit des peines maximales de six mois de prison et de fortes amendes pour tous les contrevenants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici