DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Affaire Boughazaly : Les aveux sur Pv…

0

Ce 13 novembre 2019, l’entrepreneur Mamadou Diop, né en 1990 à Thiakhar, franchit le portail du King Fahd Place valise en main. Au fond de lui, il est fier du coup qu’il allait réussir dans les prochaines minutes. Tout a été calé dans les moindres détails et le client, qui se veut très discret, a même réservé une chambre dans l’hôtel. Il ne regrette pas, alors pas du tout, d’avoir été présenté à Seydina Fall Boughazaly par Oumar Samb. Car dans sa valise, Mamadou Diop, transporte un million de dollars en billets noirs que lui a donné Samb. Le client a accepté de payer 120 millions de Fcfa pour cette marchandise de qualité.

Mamadou Diop, bien sapé, prend l’ascenceur pour monter dans la chambre du client, sise au cinquième étage. Il ne savait pas, en ce moment, que la majorité des «clients » qu’il a croisé dans le hall sont des agents de la Section de Recherches qui l’avaient en «visuel ». C’était lui le «target» pour parler comme les équipes de recherches.

Car son fameux client est R., un agent infiltré, longtemps en- traîné à se fondre dans n’im- porte quel décor. Un caméléon. Lorsqu’il frappe à la porte du client, Mamadou Diop passe directement aux choses sérieuses et sort la marchandise. Le signal est lancé : l’agent infiltré se «découvre» avant que les renforts n’arrivent.

Aveux sur Pv

En quelques secondes, la vie de ce fils d’un grand notable de la ville sainte de Touba, venait de basculer. Interrogé sur place, après s’être vu notifier son droit de se faire assister par un conseil Mamadou Diop balance tout le monde : Mallé Diagne, Khalifa Abacar Dia, Ousmane Dione alias Guess, Oumar Samb- qui aidera les gendarmes à coincer en flag’ Boughazaly- mais aussi Moussa Ouedraogo qu’une équipe de la Sr est allée chercher à Liberté III.

Dave se lâche comme tout le monde

Lors de son interrogatoire à 21 heures, «Dave » révèle : «(…) J’ai connu Khalifa Dia il y a de cela six ans. On était juste ami mais on ne se fréquentait pas. Il m’a présenté au mois d’octobre à Oumar Samb. Eux deux sont venus me voir pour résoudre une affaire de virement bancaire. Mais il restait un accord entre Oumar et le banquier. Sa- chant que mon père fait partie des notables de Touba, ils m’ont demandé d’intervenir auprès de lui pour des prières. Après cela, ils sont revenus chez moi pour me proposer de laver des billets de banque. Il y avait 550 billets de 100 euros et de 50 euros. En contrepartie, je devais leur re- mettre 5 millions de Fcfa. J’en ai fait part à ma mère qui m’a conseillé de ne jamais entrer dans ces genres d’affaire. On s’est revu le jour où je devais leur verser l’argent. Mais je n’ai pas honoré mes engagements. Je

leur ai demandé d’attendre ». «Dave » continue son récit : «Quelques temps après, j’ai reçu un appel de Guess qui m’a déclaré connaître une fille qui a une machine pour laver des billets noirs. Il m’a dit que c’est Oumar Samb et Khalifa Dia qui l’ont mis en rapport avec moi. J’ai reçu par la suite un appel de Guess qui m’a parlé d’un client qui avait be- soin billets noirs. J’ai accepté et c’est au moment de la transaction que j’ai été arrêtée ». Avant de «s’excuser », Dave jure qu’il voulait juste «gagner » 15 millions de Fcfa.

Et on se tire dessus…

«Guess » ne dit pas le contraire mais relativise. «Je vais vous raconter la genèse des faits », glisse-t-il sérieusement aux gendarmes avant de se lâcher : «Malé Diagne et moi sommes des amis de longue date. D’ail- leurs nous partageons le même quartier à Ouakam. Un jour, il m’a informé d’une affaire qui pourrait être bénéfique pour nous. Un de ses amis voulait un contact pour acheter des billets noirs. C’est ainsi que j’ai activé «Dave » qui est dans ce milieu. Et j’ai mis en rapport «Dave » avec le client. C’est après la transaction que j’ai été arrêté ».

Même s’il reconnaît partielle- ment les faits, «Guess » tient à faire une précision : «Ma mission s’est seulement limitée à les mettre en rapport ». Malé Diagne n’est pas d’accord : «Au début du mois de novembre 2019, j’ai été contacté par un homme d’affaires qui m’a dit qu’il s’activait dans le trafic de billets noirs. Il m’a demandé de lui trouver quelqu’un qui pourrait lui trouver une grosse somme en billets noirs. Je l’ai mis en rapport avec «Guess » qui s’active dans ce domaine. Depuis lors je n’ai plus de leurs nouvelles, ils traitaient ensemble à mon insu. Ce n’est que ce 13 novembre qu’il m’a appelé pour que je l’accompagne au King Fahd Palace le temps qu’il rencontre le client. Nous sommes montés au cinquième étage et les gendarmes ont surgi des toilettes».

Avant de terminer son audition, Malé Diagne balancera un clin d’œil meurtrier à ses «amis » : «Je suis souvent avec eux mais j’ignorais qu’ils s’activaient dans le trafic de faux billets ». Quid de Khalifa Dia à qui Oumar Samb avait remis des billets noirs qu’il dit avoir acheté auprès de Boughazaly? «J’ai connu Oumar Samb dans le milieu du business. On a longuement cheminé en- semble. Au début du mois de nombre 2019, il m’a demandé un service. Le travail consistait à jouer le rôle de mandataire, entre lui et Mamadou Diop, concernant une affaire de faux billets de banque. Je devais ga- gner 5 millions de Fcfa dans l’opération. Lorsque j’ai rempli ma mission, je suis rentré chez moi. Ce 13 novembre, Mamadou Diop m’a appelé pour me fixer rendez-vous au niveau du carre- four de Ouakam pour me remettre un colis pour Oumar Samb. C’est là que j’ai été arrêté ». Game over…

laissez un commentaire