En  matière  criminelle, les  détenus  qui  n’ont  pas  les moyens  de  se  procurer  un  avocat  en  reçoivent  un,  commis  doffice.  Seulement  selon Adji  Bergane  Kanouté  ce  dernier  ne  s’imprègne  pas  bien  du  dossier  et  souvent,  c’est  à  la  dernière  heure  qu’il  entre  en  contact  avec le mis en  cause.  Ceci  réduit  leur chance  d’être  bien  défendus devant la loi

Regardez

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici