L’œuf du Grand Est vient de perdre 70 000 poules pondeuses dans un incendie à Lagarde. Selon les premières hypothèses, un problème électrique serait à l’origine du sinistre.

La fumée s’élevait très haut alors que se faisait entendre les grondements de l’orage. Ce mercredi, en début d’après-midi, Livier Hamant, éleveur de volailles et maire de Lagarde, reçoit une alarme du système électrique d’un de ses bâtiments d’élevage situé non loin de Remoncourt dans le Pays de Sarrebourg. Cet espace clos d’une surface de 2 500 m², abrite 70 000 poules pondeuses qui fournissent sa société L’œuf du Grand Est.

« Je serais mort asphyxié », témoigne l’éleveur

« Heureusement que je ne suis pas rentré dans le bâtiment pour vérifier l’armoire électrique qui se trouve au fond… Je serais mort asphyxié », témoigne l’éleveur qui prévient aussitôt les sapeurs-pompiers. Il est 15h. Quelques minutes plus tard, le bâtiment d’élevage métallique est entièrement la proie des flammes. Il n’y a déjà plus d’animaux à sauver. La structure et la toiture s’effondrent.

Sauver ce qui peut l’être

Les hommes du feu en provenance des centres de Faulquemont, Lorquin, Gondrexange, Dieuze et Château-Salins, soit vingt-six hommes au total, s’activent pour protéger les bâtiments adjacents. Une cellule mobile de commandement est installée. La valse des camions-pompe tonne commence, un peu soulagée par le pompage direct dans un étang.

À 17h, l’incendie est parfaitement contrôlé. Les pompiers continueront d’arroser les ruines fumantes de la structure d’élevage jusqu’en début de soirée.

Pour l’éleveur, le problème vient peut-être de l’orage qui rôdait ou de l’armoire électrique. Pour l’heure, il y a plus urgent à faire que de chercher l’origine de cet important incendie. La ferme Jambrot compte encore 75 000 poulets dans un autre bâtiment et il était impératif de réussir à rétablir l’électricité pour les sauver étant donné les fortes températures.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici