S'informer devient un réel plaisir

12 pédés et 2 prostituées arrêtés en plein ramadan

0

En plein mois de ramadan, alors que tout bon musulman multipliait ses bonnes actions pour bénéficier des grâces du Seigneur, un groupe de jeunes s’était rassemblé pour s’adonner à des actes contre-nature. Au total, douze (12) individus, tous âgés entre 18 et 23 ans, ont été appelés à la barre. Il s’agit des nommés Ibrahima Baldé, Serigne Fallou Sow, Mamadou Bâ, Babacar Guèye, Aboubakry Thiam, Cheikh Dieng, Mor Fall, Dame Fall, Mamour Top, Joseph Diouf etc.

Ils ont été surpris dans un appartement où ils s’adonnaient à leur sale besogne. Conséquence : ils faisaient face, hier, au juge des flagrants délits de Dakar. Considéré comme le cerveau de la bande, Ibrahima Baldé est poursuivi, en plus du délit précité, de détournement de mineurs, de proxénétisme et de corruption de mineurs. Par contre, les deux (2) filles du groupe, Diarra Badiane et Fatou Kiné Guèye, sont, pour leur part, poursuivies pour prostitution sans carnet sanitaire.

Ibrahima Baldé, le cerveau : «durant les 3 jours, Serigne Fallou Sow et 2 autres hommes sont passés. Nous avons tous fait des rapports sexuels sauf le nommé Mamadou Bâ. J’ai entretenu des rapports avec Serigne Fallou Sow et un autre dont je ne me souviens plus du nom»

Interrogé en premier, le cerveau de la bande, Ibrahima Baldé, né en 2000 en Guinée Bissau, a raconté sa version des faits. «J’ai pris un appartement avec Diarra et Fatou Kiné mais cette dernière est venue de son propre gré demander mon aide pour que je la mette en rapport avec des hommes pour des rapports sexuels. L’appartement, on l’avait pris pour 4 jours et on payait 36 000 francs Fcfa par jour. Il nous servait de maison de repos», a-t-il déclaré. S’agissant du délit d’acte contre-nature qui lui est reproché, Ibrahima Baldé l’a reconnu sans ambages. «Durant les 3 jours, Serigne Fallou Sow et 2 autres hommes sont passés. Nous avons tous fait des rapports sexuels sauf le nommé Mamadou Bâ. J’ai entretenu des rapports avec Serigne Fallou Sow et un autre dont je ne me souviens plus du nom», a confessé le jeune homme âgé de 22 ans.

Interpellé à son tour, Serigne Fallou Sow a conforté les déclarations de son coprévenu et admis avoir entretenu des rapports sexuels avec le principal mis en cause. «Ibrahima m’a convaincu en me remettant des sommes d’argent pour que je puisse avoir des rapports avec lui, ce que j’ai refusé lorsqu’il m’a invité dans son appartement. Il me donnait des sommes comprises entre 8000 Fcfa et 10000 Fcfa. On s’est connus dans un ‘’Tann bër’’  à Thiaroye. Quand je suis repassé, il m’a ainsi proposé de faire l’amour à Fatou Kiné. J’ai fait l’amour une seule fois à cette dernière et 3 fois avec Ibrahima Baldé», a raconté l’élève en formation à l’Institut Limamou Lahi.

Quand Serigne Fallou Sow a commencé à lâcher ses bombes, s’est installé un tiraillement car Ibrahima, qui apportait une réplique à ses allégations, a déclaré que celui-ci lui a même demandé de faire l’amour d’abord à une femme, avant d’encaisser ses avances. Le prévenu a aussi soutenu avoir conseillé à Fatou Kiné de demander de l’argent aux hommes avec qui elle couchait. «Fatou Kiné se donnait gratuitement aux hommes, c’est pourquoi je lui ai conseillé cela », soutient le cerveau de la bande. Sur la provenance de l’argent qu’il donnait à ses partenaires qu’il invitait et qui, également, servait à payer l’appartement, Ibrahima Baldé a soutenu qu’il provenait de plusieurs hommes, en majorité des commerçants avec qui, il entretenait des rapports sexuels.

 

Diarra Badiane et Fatou Kine Guèye ont aussi servi leurs versions au juge. « J’ai connu Ibrahima à Dakar. Lorsqu’il a pris un appartement, il m’a appelée au téléphone pour me le faire savoir alors que je me trouvais à Jaxaay. Je suis partie le rejoindre, lorsque je suis rentrée. Il ne m’a rien proposé et je n’ai jamais eu de rapport avec aucun homme là-bas», a confié Diarra Badiane devant la barre. Fatou Kiné Guèye, de son côté, accuse le cerveau de la bande de l’avoir contrainte à entretenir des rapports sexuels avec les hommes. « Ibrahima et moi, nous nous sommes connus à Kolda.

Quand je suis venue à Dakar, c’était pour chercher un boulot et on m’a mise en rapport avec lui. Il m’a amenée à Niague où on a partagé pendant 2 jours la même chambre. À notre retour, il me forçait à coucher avec des hommes dans cet appartement. Il m’a menacée de me faire retourner à Kolda, si je refusais.» Poursuivant, Fatou Kiné Guèye ajoute : « Ibrahima Baldé m’a fait croire que Fallou Sow avait payé pour entretenir avec moi des rapports sexuels. Je ne me prostitue pas. Ibrahima m’a mise en rapport avec des hommes pendant 1 mois et il encaissait les sommes d’argent. Je n’ai jamais reçu aucun franc de lui durant toute cette période.”

Quant au reste du groupe, ils ont contesté les faits d’acte contre nature retenus contre eux. Interpellé par le maître des poursuites sur son orientation sexuelle, Ibrahima Baldé a fait de graves révélations pour échapper au glaive de la Justice. «Le vieux qui m’a excisé me forçait toutes les nuits, à faire l’amour avec lui, ça a empiré avec la coépouse de ma mère qui me faisait faire des tâches réservées aux filles. Elle m’a dit que je n’aurai jamais la paix, tant que je vivrai.» Pour le Ministère public, la culpabilité des prévenus Ibrahima Baldé , Serigne Fallou Sow et Fatou Kiné Guèye ne souffre d’aucun doute. À cet effet, il a requis respectivement 5 ans d’emprisonnement pour le cerveau de la bande et 2 ans dont 6 mois ferme pour les deux (2) autres.

Pour tenter de justifier son penchant homo, Ibrahima Baldé dit au proc’ : «le vieux qui m’a excisé me forçait toutes les nuits, à faire l’amour avec lui, ça a empiré avec la coépouse de ma mère qui me faisait faire des tâches réservées aux filles. Elle m’a dit que je n’aurai jamais la paix, tant que je vivrai»

Prenant la parole pour plaidoirie, le conseil de Serigne Fallou Sow a estimé que son client est dans ces problèmes à cause de sa naïveté. «L’affaire Porta Potty est une preuve de ces dérives que l’on note au quotidien dans notre société. Serigne Fallou Sow n’est qu’une victime qui est tombée dans le piège de Ibrahima Baldé. Le seul responsable, ici, c’est ce dernier qui reconnaît être un homosexuel. Mon client a cédé aux propositions de Ibrahima Baldé pour de l’argent, tendez-lui la perche, M. le président ! Si vous l’envoyez en prison, il pourrait devenir homosexuel. Je condamne sa faiblesse et son acte, mais on peut lui donner une peine d’avertissement car tout le monde sait désormais qu’il s’est adonné à l’homosexualité et c’est une sentence», a plaidé le conseil.

Le cerveau du groupe, Ibrahima Baldé, condamné à 5 ans ferme

Les autres avocats de la défense ont tenté, de leur côté, de tirer d’affaire leurs clients Ibrahima Baldé et Fatou Kiné Guèye. En rendant son verdict, le juge n’a pas été clément à l’égard d’Ibrahima Baldé. Après l’avoir déclaré coupable des chefs pour lesquels il était poursuivi, il lui a collé une peine ferme de 5 ans. Quant à Serigne Fallou Sow et Fatou Kiné Guèye, ils ont écopé, chacun, d’une peine de 6 mois dont 2 mois ferme. Le reste de la bande a été relaxé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.