Le C aire considère l’œuvre volée et n’accepte pas qu’elle ait été vendue à un acquéreur qui n’a pas voulu donner son nom.

L’histoire et le patrimoine égyptiens ne sont pas à vendre. Pour le rappeler, les autorités du Caire ont demandé à Interpol de localiser un portrait sculpté du dieu Amon sous les traits du pharaon enfant Toutankhamon datant de 3 000 ans. Elles veulent localiser l’effigie, vendue à Londres il y a cinq jours malgré leur opposition.

Le 4 juillet dernier, la maison d’enchères Christie’s a vendu cette tête en quartzite brun, de 28,5 cm de haut, pour plus de 4,7 millions de livres (5,9 M$, près de 5,3 M€) à un acheteur inconnu, lors de l’une de ses ventes les plus controversées de ces dernières années.

Le Comité national égyptien pour le rapatriement des antiquités (NCAR) a déclaré, après une réunion urgente, que le parquet égyptien avait demandé à l’Organisation internationale de police criminelle (OIPC, Interpol) « d’émettre une notice pour localiser » le masque, en raison de l’absence des documents nécessaires lors de la vente.

Empêcher les pièces de quitter le sol britannique

Le comité, dirigé par le ministre des Antiquités Khaled al-Enany, a appelé Londres à empêcher que les pièces ne quittent le sol britannique jusqu’à ce que les documents requis soient présentés aux autorités égyptiennes. Le NCAR a ajouté avoir embauché un cabinet d’avocats britannique pour intenter un « procès au civil », sans fournir d’autres détails.

Avec Le Parsien

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici