Marwane Ben Yahmed de Jeune Afrique n’a pas raté Adama Gaye qui a eu à travailler dans ce journal. Et c’est sur sa page facebook qu’il a dit ses quatre vérités.

« J’espère pour l’ONG (ndlr, Reporters sans frontièr) qui le qualifie d’activiste qu’elle est allée consulter les innombrables statuts de sa page facebook avant de rédiger son communiqué de soutien. Pendant le déjeuner, je suis remonté jusqu’au bout de juillet et j’en ai eu la nausée. La mégalomanie le dispute avec la vulgarité ».

Marwane Ben Yahmed d’ajouter: « adopter la posture d’un chevalier blanc face à un régime n’autorise pas tout-n’est pas Zola ou Pius Njawe qui veut. Etre journaliste, c’est responsable de ce qu’on écrit et être conscient de cette responsabilité. Adama Gaye n’a pas seulement des chevilles aussi épaisses que le tronc d’un baobab: il n’a aucune limite dans l’outrance. Si lui est journaliste, je dois être un plombier qui s’ignore ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici