Respect des engagements sur les droits de l’enfant: La Conafe allerte

La Coalition nationale des associations et Ong en faveur de l’enfant (Conafe-Sénégal) à travers ses coordinations régionales de Tambacounda et de Thiès, est montée au créneau, face à la recrudescence des violences faites aux femmes. Elle plaide tout simplement pour le respect des engagements pris par le gouvernement du Sénégal pour la protection et la promotion des droits de l’enfant. Mais elle veut surtout l’adoption du projet de code de l’enfant en urgence et la ratification du Protocole facultatif à la Cde établissant les communications (Op3) qu’il a signé le 1er octobre 2012. En fait, la Conafe s’indigne des cas de violence et de crime contre des femmes enregistrés ces derniers jours. “Le Sénégal, ces derniers jours, connait une recrudescence de violences perpétrées contre les femmes, les enfants et en particulier des jeunes filles.

 Ces crimes odieux qui privent des familles entières de leurs filles, sœurs, épouses et un pays de ses futures cadres, sont à condamner avec la plus grande énergie’’, soutient la Conafe qui s’indigne du meurtre de Mlle Bineta Camara, une jeune fille de 23 ans, tuée le samedi 18 mai 2019 dans des circonstances atroces au quartier Sare Guilèle à Tambacounda. “Cet acte ignoble et cruel nous rappelle aussi la mort de Coumba Yade, âgée de 18 ans, retrouvée morte 2 jours plus tard à Thiès’’, fustige l’organisation. CONAFE (SUITE) Tout en rappelant au Sénégal ses engagements internationaux, la

Conafe “dénonce et condamne avec la dernière énergie les crimes barbares, odieux et autres violences dont sont victimes les enfants, notamment les jeunes filles’’. Aussi, invite-t-elle l’Etat du Sénégal “à prendre des mesures sévères à l’encontre des auteurs de ces crimes pour que les fils et filles du Sénégal puissent grandir et vivre en toute sécurité’’. Dans la même veine, l’organisation faitière réaffirme “sa disponibilité et son engagement à contribuer à la réalisation des droits de l’enfant en général, la mise en œuvre concrète des mesures de lutte contre les violences faites aux enfants et aux filles en particulier’’. Pour finir, elle lance un appel à tous les acteurs de la protection pour un Sénégal sans violence

des engagements sur les droits de l’enfant: La Conafe allerte

La Coalition nationale des associations et Ong en faveur de l’enfant (Conafe-Sénégal) à travers ses coordinations régionales de Tambacounda et de Thiès, est montée au créneau, face à la recrudescence des violences faites aux femmes. Elle plaide tout simplement pour le respect des engagements pris par le gouvernement du Sénégal pour la protection et la promotion des droits de l’enfant. Mais elle veut surtout l’adoption du projet de code de l’enfant en urgence et la ratification du Protocole facultatif à la Cde établissant les communications (Op3) qu’il a signé le 1er octobre 2012. En fait, la Conafe s’indigne des cas de violence et de crime contre des femmes enregistrés ces derniers jours. “Le Sénégal, ces derniers jours, connait une recrudescence de violences perpétrées contre les femmes, les enfants et en particulier des jeunes filles.

 Ces crimes odieux qui privent des familles entières de leurs filles, sœurs, épouses et un pays de ses futures cadres, sont à condamner avec la plus grande énergie’’, soutient la Conafe qui s’indigne du meurtre de Mlle Bineta Camara, une jeune fille de 23 ans, tuée le samedi 18 mai 2019 dans des circonstances atroces au quartier Sare Guilèle à Tambacounda. “Cet acte ignoble et cruel nous rappelle aussi la mort de Coumba Yade, âgée de 18 ans, retrouvée morte 2 jours plus tard à Thiès’’, fustige l’organisation. CONAFE (SUITE) Tout en rappelant au Sénégal ses engagements internationaux, la

Conafe “dénonce et condamne avec la dernière énergie les crimes barbares, odieux et autres violences dont sont victimes les enfants, notamment les jeunes filles’’. Aussi, invite-t-elle l’Etat du Sénégal “à prendre des mesures sévères à l’encontre des auteurs de ces crimes pour que les fils et filles du Sénégal puissent grandir et vivre en toute sécurité’’. Dans la même veine, l’organisation faitière réaffirme “sa disponibilité et son engagement à contribuer à la réalisation des droits de l’enfant en général, la mise en œuvre concrète des mesures de lutte contre les violences faites aux enfants et aux filles en particulier’’. Pour finir, elle lance un appel à tous les acteurs de la protection pour un Sénégal sans violence

Y. Diop

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com