Prostitution à Fatick : Des élèves et de femmes mariées au coeur du réseau

A Fatick, la clandestinité a fini de s’ériger en règle dans le milieu de la prostitution. Ici, le commerce n’est plus florissant pour les détentrices de carnet de santé. En atteste le témoignage de cette professionnelle reconnue et dûment enregistrée sur le fichier sanitaire. « Il arrive que je reste une semaine sans être contactée. La semaine suivante, je reçois au maximum deux clients. Et souvent, c’est moi qui les fait réagir », renseigne Ayline ( nom d’emprunt). Cependant, elle n’est pas la seule à vivre cette crise. Si la clientèle est devenue rare, renseigne Binouche, c’est parce que Fatick grouille de prostituées clandestines, la jeune dame estime que ces filles n’hésitent pas à se donner pour un sandwich ou une robe bon marché.

« Ces filles sont loin d’être les crève-la-faim. La plupart d’entre elles sont des élèves qui croquent la vie à pleines dents ; je les connais. D’ailleurs, tous les conducteurs de motos les connaissent. Elles font appel à nos services pour aller à leur rendez-vous », raconte un conducteur de moto Jakarta. En réalité, elles ne se considèrent pas comme des prostituées. De sources sures, ces filles se montrent souvent sans pitié avec les hommes d’âge mûr. D’après nos informations, si le « mbarane » est présentable et beau gosse, les filles le gardent et en font un partenaire régulier, mais si le gars est briqué et d’un certain âge, elles lui tendent un piège et lui soutirent le maximum d’argent.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com