Pourquoi Abdoul Mbaye avait si peur de l’ouverture du procès de Habré…

Par devoir de vérité, il faut édifier le peuple sur le rôle de Abdoul Mbaye dans la gestion des fonds emportés par l’ex-président tchadien, Hissène Habré en venant au Sénégal. D’ailleurs, l’on se demande toujours pourquoi l’ancien Premier ministre, qui estime que de simples accusations de la presse étrangère font foi pour ternir l’image de son pays à la face du monde, n’a pas eu la même attitude avec les révélations renversantes faites par la « La Lettre du Continent », avant l’ouverture du procès de Habré, à Dakar ?
Il suffit de revisiter l’histoire récente pour appréhender toute la pertinence de cette question d’actualité.

« La Lettre du Continent » écrivait : « Quelque 16 milliards F Cfa (24,4 millions euros), c’est la fortune que Hissène Habré a emportée avec lui dans sa fuite précipitée de Ndjamena, le 1er décembre 1990, face à la menace des troupes d’Idriss Deby.

Une fois arrivé au Sénégal, après une escale au Cameroun, l’ancien président tchadien a placé les fonds sur un compte à la Compagnie bancaire de l’Afrique occidentale (CBAO), établissement créé sur les cendres de la filiale sénégalaise de la Banque internationale pour l’Afrique de l’Ouest (BIAO). L’existence d’un tel pactole n’est pas sans conséquences pour la classe politique sénégalaise à l’approche du procès de Hissène Habré.»

Contre toute attente, l’ex Premier ministre, Abdoul Mbaye s’était empressé de démentir à la Rfm lesdites accusations, avec une crainte affichée face à l’imminence de la tenue du procès de Habré. Un démenti qui, d’ailleurs, a sonné comme un aveu ! «C’est un procès risqué, sans doute pour ceux qui l’ont souhaité et peut-être aussi pour ceux qui l’ont organisé», avait déclaré M. Mbaye, avant de reconnaître, sans ambages les faits suivants : «Ce n’est pas moi mais la banque que je dirigeais qui a reçu un dépôt qui n’était pas supérieur à 300 millions de francs.»

Le financement de la campagne de Sonko en question

C’est, cet homme, devenu opposant par frustration, Abdoul MBAYE, qui traine cette tare de gestion tortueuse et nébuleuse que des décennies de dénégation n’ont pas pu effacer, qui, aujourd’hui, tente d’avancer des arguments à charge contre l’Etat du Sénégal, avec le recrutement d’une presse étrangère, BBC dont l’objectif inavoué a été trahi par la légèreté de ses accusations.
Abdoul Mbaye gagnerait donc à éclairer les Sénégalais sur les 8 ans qu’il a passé à la tête de ladite institution bancaire. Période sombre de la CBAO, que plusieurs rapports d’audits commandés en 2007 par Attijariwafa Bank, ont ciblé du fait des nombreuses fautes de gestion. Faut-il rappeler que ces audits ont relevé des actes de tortuosité sans précédent dans l’histoire des banques du Sénégal, comme : l’utilisation des comptes des morts pour placer les fonds emportés par Hissein Habré, avec la mise à l’écart de l’ensemble des organes de contrôle de la banque.

Quid des moyens colossaux que le candidat à la dernière présidentielle, Ousmane Sonko étale depuis la campagne électorale ? Comment ce nain politique a pu, entre 2001, année à laquelle il intègre l’administration avec un premier poste au Centre des services fiscaux de Pikine, 2012, période qui l’a vu diriger le Syndicat autonome des agents des impôts et domaines (SAID) et 2019, année de la présidentielle, trouver autant de moyens financiers ? Les Sénégalais s’interroger sur cette richesse accélérée ? Le financement de sa campagne présidentielle par l’entreprise Tullow Oil ne fait donc l’objet d’aucun doute.

C’est sans doute, ce qui explique pourquoi il s’agrippe sur le reportage de BBC pour en faire un cheval de bataille politique. Tullow Oil est une compagnie britannique, basée à Londres qui s’occupe de prospection et d’exploitation de gisements pétroliers et gaziers.

Toutes choses qui fondent un doute légitime quant à la sincérité du combat que Sonko co-porte avec Abdoul Mbaye contre la personne de Aliou Sall, dont le seul délit est sans doute d’être le frère du Président de la République.


Sonko dites aux Sénégalais qui a financé le PASTEF avant de jouer au saint…


Abdoulaye KHOUMA

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com