« Port du voile » à l’Institut Sainte Jeanne d’ARC, par Bernard Thiaw

« Sachez que nous Sénégalais(es), nous sommes tous des gens bons, nous tous de bonnes gens mais pas totalement car seul Dieu est bon ». Et l’on dit qu’un homme ou une femme de Dieu pèche au moins 7 fois par jour. Comme l’éminent ancien des Affaires Etrangères du Sénégal, l’a dit récemment, « Il y des bons fils et de bonnes filles dans la majorité politique au Sénégal et il y a également de bons fils et de bonnes filles dans l’opposition politique dans notre pays. Et l’on peut dire qu’il y a de bons fils et de bonnes filles dans notre population musulmane mais également dans les autres communautés religieuses. Ainsi, nous pensons que personne n’est autorisée et personne n’a le droit de freiner voire d’interrompe « le bien vivre ensemble» dans notre chère patrie, le Sénégal. Ceci est un trésor, un legs, un don de Dieu que nous devons tous sauvegarder et à tout prix.

Nous espérons que certaines personnes doivent avoir de la patience qui est une valeur universelle devant des situations, des contextes car lorsqu’on agit ou réagit dans le chaud– chaud, sous le feu de l’action, instantanément, on risque de se tromper souvent : En tout cas c’est ce que disent les gens. Nous disons que « Quand on veut parler ou faire une action, et qu’on est couché, on doit pendre le temps de s’asseoir avant de parler ou de faire une action, quand on veut parler ou faire une action, et qu’on est assis, on doit prendre le temps de se lever avant de parler ou faire une action, quand on veut parler ou faire une action, et qu’on est en station debout, on doit prendre le temps de boire avant de parler ou de faire une action. Si et exercice est fait, qui vient d’un vieux sage dans un conte que nous avons un peu modifié vu le contexte, on a de la chance de prononcer des paroles, des actions, qui vivifient et ce résultat, nous pensons sans risque de nous tromper engendrait des paroles, des actions, des réactions, qui vivifient pour le bien de tous. (Salutations et remerciements au passage à l’excellent professeur Massamba DIEYE, qui raconte des contes en français et en Wolof à la Radio Sénégal International (RSI). Ainsi, avant ce nous prononcer sur le ‘’Port du voile’’, attardonsnous d’abord sur les avantages de la tenue unique, de l’uniforme en milieu scolaire.

Ces avantages sont pertinents et objectifs comme : Eviter la frustration des élèves dont les parents ne sont pas nantis pour acheter des vêtements chers, de luxe à leurs progénitures. Permettre de porter des habits amples et décents, de faire aisément des activités scolaires notamment, l’EPS comme l’a si bien dit le secrétaire national de l’ONECS, Abbé Pierre NDIONE. S’identifier à son établissement est aussi un avantage avec un sentiment de fierté et de joie douce comme le font les chinois qui s’identifient avec abnégation à leur entreprise par leur uniforme. Vous voyez ici que l’uniforme est comme un vêtement deTravail, de profession et de fonction comme l’exemple des corps suivants l’illustre clairement : l’uniforme des soldats, des policiers, des gendarmes, des sapeurs-pompiers, des agents des eaux et forêts et chasses, des douaniers, des agents de santé pour ne citer que cela. Nous voyons et constatons avec vous que les agents de ces différents corps et qui sont de sexe ou de genre féminins ne portent jamais de voile ou un autre habit pour exercer leur travail.

Les études étant un travail, nous nous voyons pas ici la nécessité de porter le voile ou un autre vêtement. Tout le monde a le droit de porter l’habit que le convient en dehors de son lieu de travail. Donc, un règlement intérieur ou un cahier de charges objectifs, et qui font du bien à tous, peut-il déranger, peut-il violer ce que la constitution dit pour l’éducation nationale.

NB : Un règlement intérieur ou un cahier de charge où il n y aucune contrainte, cela ressemblerait à du libertinage, de l’anarchie et non de liberté car comme vous le savez bien, la liberté de chacun, s’arrête la où celle des autres commence. Nous ne voyons pas là « Un débat mal sain, des actes de provocation, une lettre ouverte d’un groupuscule de provocateurs encore moins l’intégrisme chrétien » Ce que dit la loi : La loi est faite pour les hommes et non les hommes pour la loi et la loi humaine n’est jamais parfaite. Et c’est pourquoi, on révise de temps en temps des textes, des chartes, des constitutions pour les parfaire et les adapter aux situations et contextes actuels.

Remarque : Souvent les catholiques du Sénégal, ne réagissent pas par discrétion et par humilité c’est ce qui se passe dans le pays, ils ne dévoilent pas leurs apports pour le développement du pays et cela pour ne pas tomber dans le piège de l’orgueil, de la vanité, mais quelque fois, il est nécessaire de se faire entendre car certaines personnes veulent mettre sous silence certaine qualité des non musulmans. C’est à éviter, partir de la base majoritaire-minoritaire : Il s’agit d’une même patrie, d’un même pays, d’un même état dont les citoyens sont « plus que frères, plus que sœurs ». Nous sommes ensemble dans tous les événements du pays (traditionnels, religieux, heureux ou malheureux…) ; Dans beaucoup de nos familles, ils existent ceux qui sont de confession musulmans et d’autres de confession catholique. Bref ; ce que Dieu a uni que personne ne le sépare. Notre différence est une richesse pour notre peuple. Evitons enfin de faire la réponse du berger à la bergère.

Rappel sans risque de nous tromper la religion catholique et la religion musulmane sont toutes les deux importées et c’est l’animisme qui est la religion autochtone de notre pays. Que chacun d’entre nous, essaie de faire partie des meilleurs de sa confession….. Luttons chacun de son côté, pour être parmi les meilleurs des humains dans le monde que le Bon Dieu a créé puis qui est bon et qui veut que plusieurs religions existent, plusieurs races existent, différents arbres existent… pour le bonheur de l’Homme sur sa terre et dans son Paradis.

Encore une fois, le voile, l’habit de la religieuse, du moine, ne fait pas seulement une personne mais c’est l’intérieur de la personne qui fait d’elle une personne. Et Dieu seul sait comment est cet intérieur. Continuions la réflexion pour trouver un terrain d’entente comme l’a dit le cadre unitaire de l’Islam dans sa contribution dans le journal « KRITIK » à la page 4. Nous saluons également le voyant journaliste Madiambal DIAGNE, qui soutient également l’Institut Sainte Jeanne d’Arc de Dakar dans le quotidien du lundi 06 mai 2019. Nos salutations vont également au secrétaire national de l’ONECS ainsi qu’au Conseil National du Laïcat. J’invite ardemment aux bénéficiaires actuels et dans le passé des œuvres de bienfaisance de l’ONECS dont certains sont des cadres dans l’administration publique. Ces derniers doivent faire leur témoignage là où ils se trouvent et pourquoi pas dans les médias.

Cependant, cela doit se faire avec une honnêteté intellectuelle qui respecte tout un chacun sans heurter personne. Témoignez donc ! car votre silence risque d’être un silence coupable. Enfin, je suis un humain, donc tout ce qui n’est pas parfait dans mes propos, et qui peut blesser quelqu’un (e), je demande pardon et je pardonne tout le monde. C’est simplement dans le souci d’apporter ma part pour un Sénégal de cohésion, pour un Sénégal de développement dans un monde qui change. Bon Ramadan à tous les musulmans surtout ceux du Sénégal, notre cher pays ! Amen !

Monsieur Bernard THIAW, prés de 40 ans de service dans l’ONECS, Ancien directeur de l’école Sainte Thérèse de Sokone

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com