Petrotim: L’Ige réclame une enquête contre Karim

Tout n’a pas été dit dans le rapport de l’Ige sur les contrats pétroliers, qui a fuité dans la presse.

Libération, qui a consulté ledit rapport en ses pages 31 e 36, informe que les Vérificateurs réclament l’ouverture d’une information judiciaire contre Karim Wade et Ibrahima Mbodj pour soustraction frauduleuse de 3 millions de dollars planqués à Paris. L’argent détourné en pleine campagne électorale, à la veille du 2e tour de la Présidentielle de 2012, a été déposé dans un compte bancaire numéro FR76 30003 0301000078014144 2 logé à la Société générale de Paris. Nous vous publions en intégralité les révélations du journal

Une information faisant le tour des réseaux sociaux tend à faire croire que le rapport de l’ige, dont la fuite est, entre autres, au cœur d’une enquête judiciaire, aurait «lavé» Karim Wade et accablé le régime de Macky sall. C’est une légende politicienne. Selon les informations de libération, les vérificateurs ont, au contraire, demandé formellement l’ouverture d’une information judiciaire contre Karim Wade et Ibrahima Mbodj, respectivement ancien ministre de Energie et ancien directeur général de Petrosen, pour soustraction frauduleuse de 3 millions de dollars. «Faire ouvrir éventuellement une information judiciaire contre M. Karim Wade et Ibrahima Mbodj pour avoir, contre le premier soustrait de leur destination des deniers publics, contre le second, l’utilisation des fonds ainsi soustraits à des fins autres que celles décidées par l’Etat», recommande l’ige en s’adressant au garde des sceaux, à la page 36 du rapport qui fait polémique. 

Que s’est-il passé ? 

Selon les vérificateurs, l’Etat du Sénégal et energy africa avaient conclu un contrat de recherche et de partage d’hydrocarbures relatif au bloc de saint louis offshore peu profond. Ayant racheté africa energy, la société tullow oil (tiens,tiens) a été subrogé dans les droits et obligations de cette dernière. Ainsi, dans le cadre du contrat relatif au bloc de saint-louis offshore peu profond, tullow oil s’est trouvée tenue des engagement souscrits parafrica energy. Ce qui explique que par lettre numéro 00000628/miCitie/DHCD/ant du 10 février 2012- veille du premier tour de la Présidentielle-, Karim 
Wade, ministre d’Etat, ministre de la Coopération internationale, du transport aérien, des infrastructures et de l’énergie a d’une part notifié à Alan Dowokpor, représentant de tullow oïl, le retrait du permis de saint-louis pour inexécution de ses engagements contractuels et, d’autre part, exigé le paiement de l’indemnité compensatrice des travaux prévus au contrat et qui n’ont pas été réalisés. il a ordonné que le versement des sommes correspondantes soit effectué dans le compte bancaire numéro FR76 30003 0301000078014144 42 de Petrosen ouvert à la société générale, agence centrale,Paris, 29 Boulevard Haussman. a la date du 13 mars 2012-veille du second tour- , la compte a été crédité du montant réclamé soit 3 millions de 
dollars. Face à l’ige, tullow a déclaré avoir respecté ses engagements contractuels en acceptant de verser l’indemnité réclamée. Elle a de fait reproché à Petrosen la conclusion la conclusion du contrat signé avec Petrotim alors qu’elles avaient trouvé un accord. «au-delà du respect des engagements convenus lors des pourparlers, se pose la question de savoir qui est le véritable créancier de l’indemnité versée à Petrosen? a-t-elle été versée à 
son véritable titulaire ? si non, pourquoi?Quel usage en fait Petrosen», se demande l’ige. 

Interrogé, Petrosen a soutenu que les revenus pétroliers provenant des opérations de recherche et de partage d’hydrocarbures ont toujours bénéficié à Petrosen. Elle a confirmé la réception dans son compte bancaire du montant de l’indemnité payée par tullow. La totalité des sommes versées a été virée dans le compte parisien où elle disposait d’un Dépôt à terme (Dat). Petrosen, selon les déclarations de son directeur, a cassé ce Dat et l’a augmenté du montant de l’indemnité pour acheter des obligations émises par l’Etat. «le fait pour Petrosen d’avoir pris possession des fonds versés en compensation des travaux non réalisés et de les avoir utilisés à des fins personnelles constitue de fait une soustraction de deniers au préjudice de l’Etat. Cette soustraction a été rendue possible par la décision du ministre en charge du secteur pétrolier (ndrl, Karim Wade) qui a expressément prescrit son versement dans le compte bancaire de Petrosen. Or, le fait de soustraire des deniers publics au préjudice de l’Etat est susceptible de 
constituer le délit de détournement de deniers publics. Ce délit pourrait être reproché au ministre même si, éventuellement, il n’en n’aurait pas tiré directement un bénéfice personnel. Petrosen, qui a reçu la totalité des sommes ainsi soustraites et qui en a fait un usage personnel en achetant des obligations émises par l’Etat peut être atteint du délit de recel de de deniers publics», assène l’Ige avant de réclamer l’ouverture d’une information judiciaire contre Karim Wade et Ibrahima Mbodji. Les mêmes vérificateurs ont demandé une seconde information judiciaire contre Ibrahima Mbodj 
pour avoir exigé de tullow, la perception de droits qu’il savait n’être pas dus. 

Libération

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com