PECHE-HYDROCARBURE : Mamadou Lamine Diagne (IE) liste les potentiels dangers d’une cohabitation

Le  pétrole  ne  se  mélange  jamais  avec  l’eau, il  remonte  à  la  surface.  Cela  veut  dire  que,  même si  on  cherche  à  nous  faire  comprendre  que  les exploitations  se  déroulent  à  plusieurs  kilomètres  en  profondeurs, le  liquide  qui  s’échappe  dans  l’eau,  va  suivre  le  courant.  De  vague en  vague,  il  finit à  la  plage.  Mais  aussi  au  niveaux  des  côtes  qui  sont  des  zones  où  les  céphalopodes  se  reproduisent.  La cohabitation   des  hydrocarbures  et  de  la  pêche est  exposée à  des  risques  visibles  qu’il  faut prendre  en  compte. La  clarification  est de   Mamadou Lamine Diagne consultant  à  IE (industries extractives). Il s’exprimait  en  marge  d’un  atelier de Formation sur les Normes et impacts Environnementaux et Sociaux de l’Exploitation des Hydrocarbures au Sénégal organisé par  Oxfam.   Le consultant parlant des  conséquences voire  impact, note  la  destruction  de  ces  espèces  mais  aussi,  leurs  physionomies qui  peuvent  connaitre des modifications.

 A ce   changement,  s’ajoutent,  leurs  cycles  de  vie  et  de reproductions. «  Il  faut   donc  profiter  d’une  modification  du  code  de  l’environnement pour  y  intégrer,  certaines  exigences,  modifier  l’arsenal  juridique  et  donner  des  moyens  aux  services  techniques. Cela,  pour  un  suivi  et  un  outil  environnemental  effectif.   Pour  le  moment  on  en  est  à  la  phase d’installation  mais  l’impact est  là  et, est  réel. Il  faut  donc  renforcer  les moyens  et  budget du ministère  de  l’environnement »

Dans la même dynamique Mamadou Lamine Diagne  affirme que le  hic  se  trouve  au  niveau  de  l’arsenal  juridique. «  Le code de  l’environnement  dont nous  disposons actuellement  est  antérieur  à  la  découverte  pétrolière.  Cela  voudrait  tout  simplement  dire que  le  code  ne  prend  pas  en  compte   ces  enjeux » dit-il.  

Et  de poursuivre, les  impacts  relatifs  aux  opérations  pétrolières  apparaissent sur  le  plan  technique  mais  aussi  sur  le  suivi   de  l’outil  environnement. Ces  exploitations  peuvent   engendrer  des  micro-pollutions  qui  ont  des  conséquences  sur  la population   mais  aussi  en  milieu  aquatique.  Le  niveau  toxique  des  produits  qui  vont  être  utilisés pour  l’exploitation,  n’ est   aujourd’hui  encore,   pas  déterminé.

 Ce  qui est  cependant   notoire  est  que  les  échappements dans  l’écosystème  peuvent  entrainer  l’eutrophisation,  qui  bloque la  circulation  d’oxygène  dans le fond marin.  Cela  empêche les  espèces  d’avoir  une  vie  meilleure. Comme  autre  impact  les  habitats  des  écosystèmes  marins ,  les  installations  peuvent  modifier  les  refuges  des  espèces  marines.  

Yandé DIOP

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *