Ouverture du 21e session ordinaire de l’UEMOA à Abidjan

La 21ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement (CCEG) de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) s’est ouverte ce vendredi à Abidjan, avec à l’ordre du jour l’examen de plusieurs rapports et les grands chantiers de l’Union.  

Les travaux ont été ouverts par le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, président en exercice de la Conférence, en présence de ses homologues des pays membres de l’Union, dont le président Macky Sall. 

Après la cérémonie d’ouverture, les dirigeants de l’UEMOA poursuivront les travaux à huit clos.  Ils examineront, entre autres, le Rapport sur l’état de l’Union en 2018 et le Rapport général de la revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires (édition 2018). Ils plancheront aussi sur l’état de mise en œuvre des grands chantiers de l’UEMOA.

 Après la cérémonie de clôture, ils passeront à la signature des actes avant la lecture du communiqué final. Selon un communiqué de l’institution régionale, « dans le but de donner une impulsion politique de haut niveau à l’exécution des programmes communautaires, les Chefs d’Etat de l’Union prennent en charge les grandes questions à travers des Comités de Haut Niveau dont ils assurent la présidence ». Le Comité de haut niveau sur l’Energie est présidé par Patrice Talon, président de la République du Bénin, et le Comité de haut niveau sur le financement des économies, par Alassane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire. 

Le président du Niger, Issoufou Mahamadou et le président Macky Sall dirigent respectivement le Comité de haut niveau sur la sécurité alimentaire et le Comité de haut niveau sur la paix et la sécurité. Outre les chefs d’Etat des pays membres, les chefs des institutions de l’Union prennent part à cette rencontre. La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement (CCEG) est l’organe suprême qui définit les grandes orientations de la politique de l’Union. Selon l’article 17 du Traité de l’Union, elle se réunit au moins une fois par an.

La Conférence nomme les présidents et les membres des organes et institutions de l’Union. L’UEMOA a été créée le 10 janvier 1994 à Dakar. Son objectif principal est « l’édification, en Afrique de l’Ouest, d’un espace économique harmonisé et intégré, au sein duquel est assurée une totale liberté de circulation des personnes, des capitaux, des biens, des services et des facteurs de production, ainsi que la jouissance effective du droit d’exercice et d’établissement pour les professions libérales, de résidence pour les citoyens sur l’ensemble du territoire communautaire ». Elle comprend huit Etats côtiers et sahéliens, liés par l’usage d’une monnaie commune, le franc CFA, et bénéficiant de traditions culturelles communes. Il s’agit du Bénin, du Burkina, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo. 

D’une superficie de 3.506.126 km2, l’UEMOA compte 120,2 millions d’habitants. Le taux de croissance du PIB, à prix constant, est de 6,7% en 2017. Les huit pays de l’UEMOA sont membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), dont les chefs d’Etat et de gouvernement ont adopté, le 29 juin dernier à Abidjan, le nom « Eco » pour le projet de la future monnaie unique.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com