Orientation des bacheliers : Le Saes menace et avertit Cheikh Oumar Hann

Le Syndicat autonome des enseignants du supérieur se réjouit de la décision du gouvernement de faire marche arrière par rapport à sa décision d’orienter des étudiants dans le privé. « Le gouvernement revient sur son choix de 2013, toujours contesté, d’orienter une partie importante des ressources publiques destinées à l’enseignement supérieur vers des structures privées, au détriment des universités publiques existantes », ont déclaré Malick Fall et ses camarades. Qui réaffirment leur attachement à « l’accès pour tous les bacheliers à un enseignement de qualité ». Toutefois, le Saez nourrit des craintes, quant au retour massif des étudiants dans les universités publiques qui, matériellement, ne peuvent pas en leur état actuel recevoir de telles effectifs. Dès lors, les syndicalistes exigent le règlement de certains préalables avant l’application de la mesure.

Faisant remarquer que le ministre de tutelle a lui même reconnu le déficit d’infrastructures et d’enseignants, le Saes exige « l’achèvement et la livraison avant la prochaine rentrée universitaire de toutes les infrastructures équipée dans tous les campus, l’ouverture immédiate de 400 postes d’enseignants-chercheurs et le recrutement conséquent d’enseignants chercheurs pour arriver au moins à 70 % de permanents à l’horizon 2021-2022 ». Poursuivant, les enseignants du supérieur demandent à Cheikh Oumar Hann de résorber d’abord le passif financier. En effet, le Saes demande le paiement des sommes dues aux vacataires qui accompagnent les universités dans leur fonctionnement, ainsi que l’augmentation conséquente dès 2020 de la dotation de l’Etat aux universités publiques.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com