Le maire de Ngayokhem était le week-end dernier dans on fief. Une occasion pour l’ancien ministre Mbagnick Ndiaye de faire le tour des chantiers ouverts par l’Etat dans sa localité. Mais, sa surprise a été grande de constater que « la majorité des travaux sont à l’arrêt, faute de ressources ». Mieux, l’ancien ministre des Sports, dit avoir identifié « des défaillances sur le choix des entrepreneurs », et surtout « la légèreté avec laquelle les services de l’Etat » choisissent les bénéficiaires et font les attributions. Ce qui, à son avis, impacte la réalisation des travaux. Avec comme exemple parfait le centre d’enseignement technique de Toucar, dont les travaux sont à l’arrêt depuis plus de trois ans. De la même manière, les travaux de bitumage de la route Wakhaldiam-Ngayokhem-Toucar-Keur Martin, annoncés en grande pompe par le Président Macky Sall. Et pire, déplore, Mbagnick Ndiaye « il n’y a aucune explication des services déconcentrés de l’Etat qui sont chargés de suivre les chantiers par le chef de l’Etat. « 

Il est d’autant plus amer que « l’arrêt de tous les chantiers, qui avaient suscité beaucoup d’espoir et d’enthousiasme au niveau des population, renvoie négativement une image d’un Etat en difficulté ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici