Mozambique :Une série d’attaques attribuée aux islamistes plonge le pays dans la peur

Une vidéo relayée sur les réseaux sociaux montre que les civils sont en première ligne, tandis que les insurgés multiplient les raids dans le nord.

Les images sont terrifiantes. On y voit des corps ensanglantés, éparpillés dans la forêt, et quelques personnes rapportant les têtes coupées auprès des cadavres. La vidéo, qui a surgi ces derniers jours sur les réseaux sociaux au Mozambique, exhibe le résultat d’une attaque au cours de laquelle dix personnes ont été décapitées à la machette, le 27 mai, dans deux villages de l’extrême-nord du pays. Pour la première fois en plusieurs mois, la brutalité des assaillants est apparue très crûment aux yeux de tous, tout comme l’ampleur du problème.

D’après la police, les responsables sont les mêmes insurgés islamistes qui, en octobre 2017, avaient attaqué des policiers et assiégé deux jours durant la ville de Mocimboa da Praia. Depuis, la région est plongée dans l’instabilité. Retranché dans les épaisses forêts des alentours, le groupe menait des raids sporadiques contre les villages, essentiellement pour se ravitailler. Mais ces derniers jours, le rythme des attaques s’est intensifié, alors que les autorités assuraient contrôler la zone.

Futures installations gazières

Mardi 5 juin à l’aube, une nouvelle incursion, plus au sud, a fait sept morts et quatre blessés. Cent soixante-quatre maisons ont été brûlées, a indiqué le porte-parole de la police à Maputo, Inacio Dina. « Nous pensons que ce groupe est le même que celui derrière les décapitations du 27 mai. [Il est] très fragmenté [et] fait tout pour résister à la police », a t-il déclaré.

D’une grande prudence, les autorités mozambicaines rechignent toujours à parler de terrorisme ou de fondamentalisme musulman. Ces dernières attaques se sont produites tout près de Palma, l’épicentre de futures installations gazières qui doivent transformer l’économie de ce pays pauvre d’Afrique australe dans la prochaine décennie.

Mais dans les zones concernées, et plus largement dans tout le nord du Mozambique, un climat de terreur s’est installé. Après les décapitations, les habitants ont fui par vagues les villages ciblés, Monjane et 25 de Junho. Les témoins évoquent des scènes de guerre. « Lorsqu’ils prennent une femme, c’est pour la marier, lorsqu’ils prennent un homme, c’est pour le tuer », a confié Maria Mali à l’agence de presse portugaise Lusa, après une journée de fuite avec ses enfants.

Des dizaines d’assaillants tués par l’armée

Ces témoignages font écho à ceux recueillis depuis octobre dans les environs mais que les autorités s’abstenaient de confirmer ou de commenter. Cette fois, les images apportent la preuve que la population est bien en première ligne et que les attaques se font plus violentes.

Depuis octobre, plus de 400 personnes ont été placées en détention et des dizaines d’assaillants ont été tués par l’armée. Dimanche 3 juin, les autorités mozambicaines ont annoncé avoir abattu neuf des agresseurs présumés responsables des décapitations, dans des opérations menées conjointement avec les habitants. Le problème semble cependant grandissant.

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com