«Mauritius leaks»: 150 milliards volés au Sénégal

Après les «Panama papers» et les « Paradise papers », voici les révélations « Mauritius Leaks ».

Il s’agit d’un scandale de 200 000 documents qui révèlent les pratiques d’optimisation fiscale de sociétés qui profitent du faible taux d’imposition à l’île Maurice.

Beaucoup de sociétés implantées au Sénégal, sont au cœur de ce scandale planétaire.

Dans son édition de ce mercredi, Libération lève un coin du voile sur la Convention non double imposition entre l’Ile Maurice et le Sénégal. Les chiffres donnent le tournis.

Plus de Plus de 150 milliards de recettes fiscales ont été perdues par le Sénégal, a révélé Maïmouna Diakité, chercheuse principale pour l’Afrique francophone au sein de l’ONG Tax Justice Network.

Dans le détail, rien qu’entre 2009 et 2018, 129 milliards de pertes fiscales ont été enregistrées sur seulement un échantillon de 8 compagnies.

Et les entreprises Gco et Sabodala qui exploitent respectivement le Zircon à Diogo et l’or à Kédougou sont les plus grands bénéficiaires de cette convention.

L’Ile Maurice étant un paradis fiscal très couru, nombre de ces entreprises étrangères investissant au Sénégal dans les ressources minières ont choisi de domicilier leurs sociétés dans ce pays.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com