Liberté 6 extension : Une élève de 2nde et sa mère déférées, pour infanticide

Le corps sans vie d’un nouveau né enfoui dans un sac de riz, a été trouvé à liberté 6 Extension, par un charretier qui ramasser les ordures ménagères. L’enquête des pandores de la foire a permis d’identifier l’auteur de l’infanticide et d’établir la complicité de sa mère dans le crime. Toutes deux ont été déférés au parquet de Dakar.

Elève en classe de 2nd au collège sacré cœur, Khoudia Diop a pris des vacances forcées pour répondre devant la justice pour avoir attenté à la vie de son nouveau né. Un crime dans laquelle elle a entrainé sa mère, M. Diop également placé sous mandat de dépôt pour infanticide.

Tout est parti d’une découverte macabre, le 18 mars dernier. Mamadou Bâ, à bord de sa charrette sillonne les rues du paisible quartier de liberté 6 extension, pour ramasser les ordures ménagères. Vers 9h, le charretier se présente devant la maison de la dame M.DIOP, qui lui a remis un sac de riz, censé contenir des ordures. Le charretier s’en saisie, mais intrigué par le poids du sac, il l’ouvre. Coup d’horreur, il découvre à l’intérieur, dans un sachet en plastique, le corps sans vie d’un nouveau né. Pris de panique, il informe dare dare les pandores de la foire.

Une fois sur les lieux, les hommes du commandant Sangaré vont demander au charretier de les conduire au domicile de la dame  en question. Y étant, les gendarmes seront reçu par la maîtresse des lieux, qui leur dit vivre avec ses trois filles qui, s’empresse t-elle de préciser n’ont pas contracter de grossesse. Demandant à voir les trois filles, les gendarmes suspectent l’une des trois: Khoudia Sall.  En compagnie de sa mère, elle sera conduite à la brigade pour nécessité d’enquête. Entendu, Khoudia soutient mordicus n’avoir jamais contracté de grossesse , encore moins donné naissance à un nouveau né. Réquisition est alors faite au gynécologue de l’hôpital Philippe Senghor qui informe les gendarmes qu’il venait de retirer « le reste du cordon ombilical d’un nouveau né, des entrailles de sa patiente et délivre un document attestant que celle-ci avait accouché dans les dernières 48h. Opposée à ses éléments scientifiques en charge, khoudia soutient que l’enfant n’était pas né vif. Non convaincu, les pandores acheminent la dépouille du bébé, à l’hôpital A. Le Dantec pour autopsie.  Le légiste conclu que « le bébé est né vivant et viable, mais a été tué par asphyxie mécanique » Khoudia Sall, 19 ans, et sa mère ont été déferrées au parquet de Dakar, pour infanticide et complicité.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com