Les Infos de la semaine

Décès d’Amath Dansokho

Le ministre Amath Dansokho, 82 ans, ancienne figure majeure de la vie politique sénégalaise depuis plus de 60 ans est décédé vendredi soir à Dakar. Né le 13 janvier 1937 à Kédougou, dans le sud-est du Sénégal, il est mort des suites d’une maladie, selon plusieurs médias sénégalais citant des membres de son entourage. Responsable de la coalition au pouvoir, cet homme qui a pendant de nombreuses années dirigé le Parti de l’indépendance et du travail (PIT), une formation qui se réclamait du communisme, était ministre à la présidence de la République, comme allié du président Macky Sall, au pouvoir depuis 2012.

Macky évoque la grâce de Khalifa Sall

Dans une interview accordée à la RFI, en marge du sommet du G7 qui se tient présentement à Biarritz, en France, Macky Sall a évoqué le sujet de la grâce en faveur de l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall. « D’abord la décrispation ne saurait être réduite à une dimension de grâce, dira-t-il. « La grâce est un pouvoir constitutionnel du président de la République. Ça ne dépend que de lui et de lui tout seul, de son appréciation, théorise le chef de l’Etat avant de se montrer ferme : « Je ne peux pas discuter de ce que dit la presse par rapport à la grâce. Le jour où j’en aurai la volonté et le désir (de gracier Khalifa Sall), je le ferai, comme j’ai eu à le faire annuellement pour plus de cent voire un millier de personnes par an qui en moyenne bénéficie de la grâce. Justement nous voulons revoir notre système pénal pour réduire le nombre de personnes en prison dans ce cadre-là. »

El Capo n’a pas tué Mafatim

Le policier Makha Diop, alias El Capo n’aurait pas tué le boulanger Mafatim Mbaye à Thiès. C’est en tout cas ce que révèle l’enquête qui décharge le policier Makha Diop dit El Capo. Par ailleurs, le parquet de Thiès a ouvert une information judiciaire contre x pour homicide confiée au juge du premier cabinet du Tribunal de la localité.

Bignona : Le surveillant général du lycée de Tenghory se suicide

Yankhoba Badji, le surveillant général du lycée de Tenghory (Bignona) a été retrouvé mort ce vendredi en fin soirée dans sa chambre. Selon les témoins, il se serait suicidé par pendaison. La gendarmerie a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de son acte. Son corps sans vie a été déposé à la morgue du district sanitaire de Bignona par les sapeurs-pompiers. Le défunt est originaire de Sindian, village situé dans le département de Bignona. Il était marié et père de plusieurs enfants.

Oumar Sarr et Cie lancent « Alliance Suqali Soppi »

Les frondeurs du Pds, Oumar Sarr, Me Amadou Sall et Cie lancent l’assaut contre Me Wade. Ils ont choisi le nom : « Alliance Suqali Soppi », pour contestr toute légalité de leur écart du nouveau Secrétariat national. « En dehors du Bp, et entre deux congrès, contrairement à ce qui a été écrit, aucune autre instance ou aucun dirigeant ne peut modifier les statuts du parti », ont-ils fait savoir. Face à la presse, Oumar Sarr, Me El Hadj Amadou Sall, Babacar Gaye, ou encore Abdou Aziz Diop n’excluent aucune voie pour faire respecter les statuts de leur formation politique.

Bagarre entre disciples de Serigne Saliou Thioune et Sokhna Aïda

Le pire a été évité de justesse à Mboro Plage où des disciples de feu Cheikh Béthio Thioune en sont venus, il y a de cela quelques jours, aux mains. Des disciples du nouveau Khalife, Serigne Saliou Thioune, ont voulu virer de la résidence du défunt guide des Thiantacounes des talibés acquis à la cause de Sokhna Aïda Diallo qui y habitaient. Partis dans un premier temps, ces derniers sont revenus, plus tard, sur les lieux pour récupérer, de gré ou de force, une canne qui appartenait à Cheikh Béthio Thioune. Le gardien désigné par Serigne Saliou Thioune, qui s’y oppose, est tabassé jusqu’au sang. Sur ordre du procureur de Thiès, 6 « thiantas » proches de Sokhna Aïda Diallo sont cueillis par la gendarmerie de Mboro.

La Crei reprend service

La Cour de répression et de l’enrichissement illicite (Crei) est toujours aux trousses d’autres anciens dignitaires du régime de Me Abdoulaye Wade. C’est en tout cas ce qu’a confié un membre de la juridiction. « Aucun dossier n’a été retiré à la Crei. Tous les dossiers sont là. Les enquêtes préliminaires ont été bouclées », a notamment dit la source, avant de révéler pourquoi certains dossiers n’ont toujours pas été transmis à la commission d’instruction. « Je ne peux entrer dans les détails des dossiers pendants (devant la justice), mais aucun dossier, à part ceux de Karim Wade, Aïda Ndiongue et Abdoulaye Baldé, n’a été transmis à la commission d’instruction. Pour les autres, comme Me Madické Niang, Samuel Sarr, Ousmane Ngom, les enquêtes préliminaires ont été bouclées », informe-t-elle. D’ailleurs, la même source ajoute que le dossier d’Abdoulaye Baldé, l’ancien frère jumeau de Karim Wade, est le plus avancé.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com